Ecoutez Radio Sputnik
    Ioukos

    Ioukos: les ex-actionnaires renoncent aux actifs russes, la justice russe confirme

    © AFP 2019 Maxim Marmur
    International
    URL courte
    3121
    S'abonner

    Plus de 10 années d’un conflit judiciaire entre les ex-actionnaires de Ioukos et la Fédération de Russie ont connu un dénouement: les actionnaires renoncent à la saisie des actifs russes en France. Le ministère russe de la Justice l’a confirmé.

    Les ex-actionnaires de Ioukos, compagnie pétrolière de de l'oligarque déchu Mikhaïl Khodorkovski, renoncent à saisir des actifs russes en France, a relevé leur porte-parole.

    «Il n'est plus économiquement efficace de poursuivre l'exécution des sentences arbitrales en France», a annoncé Jonathan Hill, porte-parole de GML, société basée à Gibraltar qui réunit les anciens actionnaires majoritaire, cité par l'AFP.

    Plusieurs centaines de millions d'euros d'actifs russes saisis en France ont attisé les tensions entre Paris et Moscou.

    La plupart des saisies ont été levées depuis, suite à de multiples recours de Moscou devant les juridictions françaises, et après ces succès judiciaires de la Russie, seuls 30 millions restent encore entre les mains des anciens actionnaires.

    Pour autant, ces annulations n'empêchaient pas les ex-actionnaires d'engager de nouvelles procédures.

    L'abandon des prétentions des ex-actionnaires de Ioukos aux actifs russes en France a été confirmé mardi par le ministre russe de la Justice Alexandre Konovalov. 

    Lire aussi:

    Des policiers «en embuscade» chargent des manifestants et renversent un paraplégique à Rennes - vidéo
    Un important incendie embrase le porte-avions russe Amiral Kouznetsov, des blessés, dont des militaires - vidéos
    La plus riche société du monde soupçonnée de vouloir profiter des retraites des Français
    Des affrontements à Nantes en marge de la manifestation contre la réforme des retraites - vidéo
    Tags:
    saisie, Ioukos Universal Limited, Mikhaïl Khodorkovski, France, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik