International
URL courte
1349
S'abonner

Le bras de fer entre les États-Unis et la Corée du Nord se poursuit et les dirigeants de ces deux pays échangent des propos toujours plus agressifs. Quel avenir pour leurs relations bilatérales?

Les tirs de missiles effectués par la Corée du Nord inquiètent de plus en plus les États-Unis. La Defense Intelligence Agency (Agence du renseignement de la défense) estime que Pyongyang est capable d'installer des ogives nucléaires sur ses missiles à longue portée pouvant atteindre le territoire américain. Dans ce contexte, les relations entre les deux pays pourraient suivre trois voies, indique la revue The National Interest.

Guerre froide

Le ton ne cesse de monter entre le Président américain Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un. Lors du discours qu'il a prononcé à la 72ème Assemblée générale de l'Onu, Donald Trump a menacé de «détruire totalement» la Corée du Nord, affublant son dirigeant Kim Jong-un du surnom de «Rocket Man» («l'homme-fusée»), «embarqué dans une mission-suicide pour lui et son régime». En réponse à ces déclarations, Pyongyang a alors évoqué la possibilité de procéder à l'essai d'une bombe H d'une puissance sans précédent dans l'océan Pacifique. Par la suite, le chef de la Maison-Blanche a promis sur son compte Twitter de mettre le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un à l'épreuve «comme jamais», tout en le traitant de «forcené».

Guerre

Ce bras de fer pourrait, selon certains observateurs, dégénérer en perte de contrôle soudaine de la situation et déclencher une véritable guerre, car les tensions ne cessent de croître. «Nous vivons dans un monde où le risque que les armes nucléaires soient utilisées est plus élevé qu'il ne l'a été depuis longtemps. Certains pays modernisent leurs arsenaux nucléaires, et le danger que plus d'États encore se procurent des armes nucléaires est réel, comme le montre la Corée du Nord», a averti le comité Nobel dans un communiqué pour la presse en annonçant l'attribution du prix Nobel de la paix à la Campagne internationale pour l'abolition des armes nucléaires (ICAN).

Contrôle des armes et détente

Les tensions et une guerre froide prolongée pourraient toutefois donner lieu à des démarches diplomatiques. Ainsi, une troisième voie pourrait déboucher sur un régime de contrôle des armements et une paix diplomatique. En effet, la compétition Est-Ouest après la Seconde Guerre mondiale a finalement cédé la place à des accords de contrôle des armements et à la détente. Les dangers croissants pourraient orienter tous les politiques vers le dialogue.

Alors que les tensions entre Pyongyang et Washington sont extrêmes, les États-Unis et la Corée du Sud organisent de plus en plus souvent des exercices conjoints sur la péninsule coréenne, tandis que la Corée du Nord n'envisage pas d'abandonner le développement d'armes nucléaires ni les tests de missiles.

Lire aussi:

Plus de 1.500 militaires français se déploient dans les Alpes pour faire face à «l’affrontement majeur»
Un homme condamné après avoir refusé de serrer la main d’une préfète
Le président de l’UFC accuse McGregor d’avoir fait «l’une des choses les plus sales», l’Irlandais rétorque
Tags:
relations bilatérales, exercices conjoints, développement, 72e session de l'Assemblée générale de l'Onu, Seconde Guerre mondiale, Twitter, Inc, Comité Nobel de la paix, Donald Trump, Kim Jong-un, Péninsule de Corée, Pyongyang, Washington, Corée du Nord, Corée du Sud, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook