International
URL courte
La Catalogne après le référendum d’autodétermination (62)
958
S'abonner

L'ex-chef de la diplomatie espagnole a comparé le chef du gouvernement catalan Carles Puigdemont au leader nord-coréen Kim Jong-un.

Le comportement du président de la Généralité de Catalogne Carles Puigdemont est similaire à celui de Kim Jong-un, estime l'ancien ministre espagnol des Affaires étrangères Jose Manuel Garcia Margalho.

«M.Puigdemont et le leader nord-coréen Kim Jong-un sont les seuls dirigeants dans le monde capables de pousser leurs pays au suicide en quelques secondes», a déclaré l'ex-chef de la diplomatie espagnole, cité par le journal ABC.

Il a également qualifié les récents événements en Catalogne de «coup d'État» qui se poursuit «depuis déjà longtemps, retransmis par les chaînes de télévision à travers le monde» et porte un «énorme préjudice à l'Espagne ainsi qu'à la Catalogne».

Lors du référendum d'autodétermination organisé en Catalogne le 1er octobre, plus de 90% des électeurs ont voté pour l'indépendance de la région. Le taux de participation au scrutin, émaillé de violents heurts avec les forces de l'ordre, s'est établi à 43,03%.

Mardi 10 octobre, lors d'une séance plénière du parlement catalan, Carles Puigdemont a demandé un mandat pour proclamer l'indépendance de la province, tout en proposant de «suspendre» cette déclaration pour créer les conditions favorables à un dialogue avec Madrid.

Dossier:
La Catalogne après le référendum d’autodétermination (62)

Lire aussi:

Plus de 1.500 militaires français se déploient dans les Alpes pour faire face à «l’affrontement majeur»
Un homme condamné après avoir refusé de serrer la main d’une préfète
Menace de reconfinement: un «règlement de compte contre la population»?
Un policier abat un chien sous les yeux de son propriétaire dans le Pas-de-Calais
Tags:
référendum d'autodétermination en Catalogne (2017), suicide, référendum, Carles Puigdemont, Kim Jong-un, Jose Manuel Garcia Margalho, Espagne, Catalogne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook