Ecoutez Radio Sputnik
    Le corps des Gardiens de la révolution islamique lors d'un défilé

    Les USA mettraient en danger les troupes qui luttent contre les terroristes en Syrie

    © AFP 2019 Atta Kenare
    International
    URL courte
    25553

    La volonté de Washington d'ajouter le Corps des Gardiens de la révolution islamique à la liste des organisations terroristes ne fait que mettre en évidence sa politique de deux poids, deux mesures. Une décision qui présenterait de plus des dangers concrets pour les troupes russes opérant en Syrie.

    Si Washington ajoutait le corps des Gardiens de la révolution islamique iranien à la liste noire des organisations terroristes, cela serait lourd de conséquences pour les militaires russes, a déclaré à Sputnik un diplomate russe.

    «Si l'on analyse l'idée américaine depuis ces positions, on s'aperçoit de nouveau qu'une politique de deux poids, deux mesures, est à nouveau menée dans la lutte contre le terrorisme. Elle aggrave les dangers concrets pour les militaires russes en Syrie. Car c'est la confiance envers ceux qui mènent, conjointement avec nos Troupes aérospatiales, un combat mortel contre les groupes terroristes qui est remise en question», a souligné l'interlocuteur de l'agence.

    Auparavant, les médias ont annoncé que Washington voulait ajouter le Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) à la liste d'organisations terroristes. En commentant cette information, le chef de la diplomatie iranienne Mohammad Javad Zarif a déclaré que Téhéran pouvait riposter sévèrement à Washington, alors que le commandant du CGRI, Mohammad Ali Jafari, a annoncé que ses combattants traiteraient les militaires américains de djihadistes de Daech.

    Lire aussi:

    Un conseiller militaire russe tué en Syrie
    Trump croit savoir qui a en réalité organisé les attentats du 11 septembre
    Une opération du Raid à l’opéra de Nantes où le concert d'une chanteuse iranienne était prévu
    Tags:
    Corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI), politique, Mohammad Ali Jafari, Mohammad Javad Zarif, Syrie, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik