International
URL courte
535610
S'abonner

Le département d'État américain annonce que les États-Unis se retiraient de l'Unesco, organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture, l'accusant d'être «anti-israélienne». La directrice générale de l'organisation dit regretter cette décision.

Les États-Unis ont annoncé ce jeudi quitter l'Unesco. Le département d'État américain a motivé cette décision par les arriérés de contribution de certains pays membres ainsi que par la nécessité de réformer cette organisation de l'Onu. Les États-Unis reprochent en outre à l'Unesco ses positions «anti-israéliennes».

La décision entrera en vigueur le 31 décembre 2018. Les États-Unis conserveront pourtant un statut d'observateur, a précisé la diplomatie américaine.

«En application de l’article II (6) de la charte de l’Unesco, le retrait des États-Unis sera effectif le 31 décembre 2018. D'ici là, les États-Unis resteront un pays membre à part entière de l’Unesco», indique le département d'État dans un communiqué.

Et de préciser que Washington avait informé la directrice générale de cette organisation des Nations unies de son intention d'y rester observateur afin de contribuer au «développement des opinions, des perspectives et des expertises que peuvent apporter les États-Unis dans certains dossiers importants dont l'organisation a la charge. Parmi eux, la protection du patrimoine mondial, la défense de la liberté de la presse et le soutien à la coopération scientifique et à l'éducation».

Réaction d'Irina Bokova

La directrice générale de l'Unesco, Irina Bokova, n’a pas tardé à exprimer son profond regret quant à la décision de Washington.

Elle a rappelé qu’en 2011, après la décision de Washington de suspendre sa contribution financière, elle avait dit que «jamais l'Unesco n'avait été aussi importante pour les États-Unis, de même que les États-Unis pour l'Unesco».

«Cette vérité est encore plus manifeste aujourd’hui, au moment où la montée de l'extrémisme violent et du terrorisme appelle à forger de nouvelles réponses à long terme pour la paix et la sécurité dans le monde, en luttant contre le racisme et l'antisémitisme, en combattant l'ignorance et la discrimination», lit-on sur le site de l'organisation.

Lire aussi:

«L'Europe est devenue la chambre à gaz de George Soros», affirme un responsable hongrois
Trump sous-entend l’implication du FBI et du département de la Justice dans les fraudes électorales
Le médecin de Maradona inculpé pour homicide involontaire
Seul et en civil, un gendarme met en déroute une vingtaine d’individus qui tabassent un jeune
Tags:
regrets, retrait, observateurs, éducation, science, antisémitisme, Département d'Etat des Etats-Unis, UNESCO, Irina Bokova, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook