International
URL courte
55886
S'abonner

Les États-Unis travaillent déjà à la conception de systèmes qui leur permettront de frapper avec des armes conventionnelles n’importe quel point du globe. Quant au nombre de leurs systèmes antimissiles, il dépassera à terme celui des ogives équipant les missiles intercontinentaux russes, a déclaré un représentant du département militaire russe.

Le Pentagone a lancé la conception de systèmes de frappe planétaire rapide. Ils sont appelés à remplir les mêmes tâches que les armes nucléaires, a déclaré jeudi à New-York le représentant du ministère russe de la Défense, Alexander Emelyanov, intervenant lors d’un briefing sino-russe sur la défense anti-missile. 

«En mettant en œuvre le concept d’utilisation conjointe d'armes offensives et défensives, le Pentagone a commencé à créer des systèmes d’armement prometteurs capables de frapper rapidement toute la planète», a-t-il déclaré lors de cet événement qui se tenait en marge de la Première commission de l'Assemblée générale de l'Onu. 

Bien que non équipés d’ogives nucléaires, ces «systèmes devront résoudre les mêmes tâches que celles confiées aujourd’hui aux forces nucléaires stratégiques», a-t-il précisé. 

Plus de 60 systèmes anti-missiles déployés en Europe

Compte tenu de leur modernisation, les capacités des missiles intercepteurs des systèmes anti-missiles des États-Unis représentent une menace pour le potentiel dissuasif russe, a en outre indiqué M. Emelyanov. 

Et de souligner que plus de 60 systèmes anti-missiles étaient déployés en Europe et quelques 150 autres dans le cadre du dispositif anti-missile régional en l’Asie-Pacifique. 

«Selon nos évaluations, d’ici à 2020 le nombre de contre-engins des systèmes anti-missile s’élèvera à 1.000 unités et, à plus long terme, dépassera le nombre d’ogives installées sur les missiles intercontinentaux russes», a-t-il ajouté.

Lire aussi:

La France passe la barre des 10.000 décès et enregistre 518 nouveaux cas graves de Covid-19
Covid-19: en Afrique, inquiétudes et amalgames sur les intentions de la France
«Aphrodisiaque», la viande de chien est réservée aux hommes, dans le nord du Togo
Tags:
menaces, antimissiles, nucléaire, frappes, ministère afghan de la Défense, Alexander Emelyanov, Russie, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook