Ecoutez Radio Sputnik
    Audrey Azoulay

    La française Audrey Azoulay élue à la tête de l'Unesco

    © REUTERS/ Philippe Wojazer
    International
    URL courte
    221523425

    L’ancienne ministre française de la Culture, Audrey Azoulay, a été nommée directrice générale de l’Unesco.

    La candidature au poste de directeur général de l’Unesco d’Audrey Azoulay, ex-ministre française de la Culture, a été approuvée ce vendredi.

    Mme Azoulay a obtenu 30 voix tandis que son adversaire 28, au sein des 58 membres du conseil exécutif. Ce choix doit être encore validé par la conférence générale des pays membres qui aura lieu le 10 novembre. Elle remplace à ce poste la Bulgare Irina Bokova.

    ​Audrey Azoulay était conseillère du Président de la République François Hollande, chargée de la culture et de la communication de 2014 à 2016, puis ministre de la Culture dans le second gouvernement de Manuel Valls et celui de Bernard Cazeneuve.

    Selon le représentant permanent de la Russie auprès de l’organisation, Alexandre Kouznetsov, la Russie apportera à la directrice élue son plein soutien.

    «Nous sommes heureux d’apprendre qu’après une procédure de vote longue et compliquée, qui a nécessité six tours, pour la première fois dans l’histoire de l’Unesco, les pays-membres de l’Unesco ont fait leur choix. Nous félicitons Mme Azoulay pour sa nomination à ce haut poste.»

    L'ancienne ministre française de la Culture, Audrey Azoulay, était opposée à l'ancien ministre qatari de la Culture et ancien ambassadeur du Qatar à Paris, Hamad ben Abdelaziz al Kaouari, pour prendre la tête de l'Unesco, institution affaiblie au lendemain du départ surprise des États-Unis et d'Israël.

    Lire aussi:

    Élections à l’Unesco: la France sera opposée au Qatar au dernier tour
    Game of Thrones au sein de l’Unesco: comment l’organisation a échappé au Qatar
    Les États-Unis et Israël s'excluent de la culture mondiale
    Tags:
    UNESCO, Audrey Azoulay, Irina Bokova, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik