Ecoutez Radio Sputnik
    Hassan Rohani

    Hassan Rohani: aucune clause ne peut être ajoutée à l’accord nucléaire

    © AP Photo/ Jason DeCrow
    International
    URL courte
    12331

    Après que Washington a évoqué sa volonté d'«améliorer» l'accord sur le nucléaire iranien, faute de quoi les USA s'en retireraient, le Président de la République islamique d’Iran a rétorqué qu'aucune clause ne pouvait être ajoutée au document signé en 2015.

    Le Président iranien Hassan Rohani a déclaré ce vendredi 13 octobre qu'il n'était pas possible d'amender l'accord sur le programme nucléaire de son pays, conclu par Téhéran et les 5+1 (Chine, États-Unis, France, Royaume-Uni, Russie et Allemagne) en 2015.

    «Le Président américain et son Congrès veulent apporter des nouvelles clauses à l'accord. Or, aucune clause ne peut être ajoutée à l'accord», a-t-il déclaré à Téhéran.

    Et d’arguer que sur la question de l’accord nucléaire avec l’Iran, les États-Unis «étaient plus seuls que jamais».

    D’ailleurs, a pointé Rohani, «aucun Président ne peut annuler un accord international validé par l’Onu. […] Il ne s’agit pas d’un accord bilatéral entre l’Iran et les États-Unis et il ne peut être résilié».

    Le dirigeant iranien a en outre pointé que tant que les intérêts de son pays étaient préservés, Téhéran honorera l'accord en question.

    Redoubler les efforts de production d'armes dissuasives

    L'Iran intensifiera la production d'armes et accélérera son programme balistique, a indiqué le Président iranien, faisant comprendre que cette mesure n'était envisagée que dans un but de dissuasion.

    Soutien de Paris, de Berlin, de Londres et de l'UE

    Plus tôt, les autorités allemandes, britanniques et françaises avaient confirmé leur attachement à l'accord nucléaire. La chef de la diplomatie de l'Union européenne, Federica Mogherini, avait déclaré que les États-Unis ne pouvaient pas annuler unilatéralement cet accord.

    En outre, le Président Macron a assuré ce vendredi à Hassan Rohani l'attachement de la France au cadre fixé par l'accord de 2015. Les deux dirigeants ont en outre évoqué une possible visite du chef d'État français en Iran. On a par ailleurs appris que le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, se rendrait dans la République islamique dans les prochaines semaines.

    Signé par l'Iran, les États-Unis, la Russie, la Chine, la France, le Royaume-Uni, l'Allemagne et l'Union européenne, le traité vise à limiter les activités nucléaires de la République islamique en échange de la levée des sanctions internationales qui la frappent.

    Lire aussi:

    Selon l'AIEA, l'Iran respecte l'accord nucléaire
    Trump durcit le ton sur l'Iran, Rohani promet «une réponse appropriée»
    Moscou: l'accord sur le nucléaire iranien ne peut pas être dénoncé unilatéralement
    Tags:
    armements, missiles balistiques, accord, programme nucléaire iranien, Hassan Rohani, Emmanuel Macron, Jean-Yves Le Drian, Federica Mogherini, Royaume-Uni, Iran, France, Allemagne, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik