Ecoutez Radio Sputnik
    Les militaires américains non loin de Raqqa

    Les USA aiment «bombarder le désert, faire exploser le sable»

    © REUTERS / Rodi Said
    International
    URL courte
    366118
    S'abonner

    Les États-Unis, qui ne sont pas intéressés à ce que le conflit syrien soit résolu, fournissent des armes aux terroristes en Syrie, a déclaré à Sputnik Michael Carley, historien de l’Université de Montréal.

    On sait depuis longtemps que les Américains ont des liens avec Daech et d'autres groupes terroristes en Syrie, a rappelé Michael Carley à Sputnik.

    «On se souvient des publications d'il y a environ deux ans, selon lesquelles après la désorganisation de la Libye, la CIA a aidé les terroristes islamistes de ce pays à partir pour la Syrie avec différents armements libyens pour déclencher la guerre en Syrie», a indiqué l'interlocuteur de l'agence.

    Et d'ajouter que la campagne américaine contre Daech était une fausse guerre.

    «Les Américains font semblant de combattre Daech. Il leur plaît de bombarder le désert, de faire exploser le sable. Et les seules personnes qui semblent ne rien savoir de ce qui se passe entre les États-Unis et Daech, c'est le public américain», a estimé l'universitaire canadien.

    Selon ce dernier, il y a deux explications à la volonté de Washington de ne pas toucher les groupes terroristes. Tout d'abord, les États-Unis veulent se débarrasser de Bachar el-Assad et diviser la Syrie. Ensuite, ils veulent se venger de la Russie qui leur a gâché leur jeu en Syrie.

    Lire aussi:

    Des policiers «en embuscade» chargent des manifestants et renversent un paraplégique à Rennes - vidéo
    La plus riche société du monde soupçonnée de vouloir profiter des retraites des Français
    Un important incendie embrase le porte-avions russe Amiral Kouznetsov, des blessés, dont des militaires - vidéos
    Tags:
    guerre, lutte antiterroriste, Etat islamique, Sputnik, Bachar el-Assad, Michael Carley, Russie, Syrie, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik