International
URL courte
30250
S'abonner

Le durcissement de la stratégie américaine à l’encontre de l’Iran est lourd de conséquences, et pour cause: d’une part, les États-Unis risquent de se retrouver isolés au Conseil de sécurité des Nations unies, d’autre part, la situation pourrait pousser le monde au bord de la guerre, estime le parlementaire russe Léonid Sloutski.

Les États-Unis peuvent se retrouver isolés au Conseil de sécurité des Nations unies s'ils se retirent de l'accord nucléaire iranien, a déclaré ce samedi le président de la commission des affaires internationales, Leonid Sloutski.

«Les États-Unis peuvent se retrouver isolés au Conseil de sécurité de l'Onu si Donald Trump met à exécution ses menaces de rompre le Plan global d'action conjoint (JCPOA). Les allégations au sujet du non-respect des conditions de l'accord par Téhéran sont non fondées et non-prouvées. Les six autres pays signataires se prononcent en faveur de l'accord iranien. En Europe, en Chine et en Russie, on est bien conscient des conséquences irréparables qui pourraient être provoquées suite à de pareilles provocations à l'encontre de l'Iran», a déclaré Leonid Sloutski.

Et d'ajouter: «Les États-Unis vacillent au bord de la ligne rouge, mais ils ne peuvent pas ne pas se rendre compte que cela crée une situation extrêmement difficile dans la région, qui pourrait pousser le monde au bord de la guerre».

Donald Trump a menacé vendredi de mettre fin «à tout moment» à l'accord international qui vise à empêcher l'Iran de se doter de la bombe atomique, provoquant l'inquiétude des autres pays signataires et ouvrant une période de grande incertitude. Cependant, le Président américain a assuré que son pays ne s'en retirerait pas pour l'instant.

Plus tôt, les autorités allemandes, britanniques et françaises avaient confirmé leur attachement à l'accord nucléaire. La chef de la diplomatie de l'Union européenne, Federica Mogherini, avait déclaré que les États-Unis ne pouvaient pas annuler unilatéralement cet accord. En outre, le Président Macron a assuré ce vendredi à Hassan Rohani l'attachement de la France au cadre fixé par l'accord de 2015.

Le Plan global d'action conjoint (JCPOA) est un accord signé à Vienne, en Autriche, le 14 juillet 2015, par les huit parties suivantes: les pays du P5+1 (les cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies: les États-Unis, la Russie, la Chine, la France, le Royaume-Uni et l'Allemagne), ainsi que l'Union européenne et la République islamique d'Iran.

Lire aussi:

L’évolution des revenus de Jean Castex évaluée par Franceinfo
Ce pays européen a été désigné par la Chine comme possible point d’origine du coronavirus
La LDNA, mouvement pour la défense des Africains, espère la dissolution de l’Église catholique
L’Iran crée un réseau de silos à missiles au bord du golfe Persique
Tags:
Plan global d'action conjoint (JCPOA), accord iranien, Conseil de sécurité de l'Onu, Donald Trump, Léonid Sloutski, Iran, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook