International
URL courte
Polémique autour du référendum kurde (2017) (48)
166
S'abonner

Les dirigeants kurdes n'annuleront pas les résultats du référendum d'indépendance tenu fin septembre mais restent disposés à un dialogue avec Bagdad.

Les autorités du Kurdistan irakien rejettent les demandes de Bagdad qui exige l'invalidation du référendum sur l'indépendance de la région, a écrit sur son compte Twitter Hemin Hawrami, conseiller du président kurde Massoud Barzani.

«Il n'y aura de négociations unilatérales avec Bagdad ni de la part de l'UPK [Union patriotique du Kurdistan] ni de la part du PDK [Parti démocratique du Kurdistan]. En cas de négociations avec Bagdad, il y aura une délégation commune représentant tous les partis du Kurdistan. Le PDK et l'UPK rejettent les appels à annuler les résultats du référendum», a indiqué M.Hawrami.

Lors du référendum organisé le 25 septembre dernier, près de 93% des électeurs se sont prononcés en faveur de l'indépendance du Kurdistan irakien.

Les autorités de Bagdad ont pour leur part qualifié le référendum kurde d'illégal avant de souligner qu'elles ne négocieraient pas avec le gouvernement régional tant que les résultats du vote ne seront pas annulés.

Dossier:
Polémique autour du référendum kurde (2017) (48)

Lire aussi:

Deux personnes mortellement blessées au couteau dans le nord des Pays-Bas
Fabrice Di Vizio raccroche: «On est arrivés à un niveau de haine sociale que je ne sais plus gérer»
Zemmour détourné en Zob: une présentatrice de France Inter se moque et provoque un tollé
Sous-marins: la Maison-Blanche réagit à la colère française en renvoyant à l’Australie le soin de s’expliquer
Tags:
Irak, Kurdistan irakien, Massoud Barzani, Hemin Hawrami, Parti démocratique du Kurdistan (PDK), Union patriotique du Kurdistan (UPK), Kurdes, négociations, référendum, indépendance
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook