Ecoutez Radio Sputnik
    Ali Larijani

    Les propos de Trump sur Téhéran sont «irresponsables», selon le parlement iranien

    © AFP 2018 Atta Kenare
    International
    URL courte
    1141

    Ali Larijani, président du parlement iranien, a critiqué l'intention des USA de relancer les sanctions contre l'Iran sous le prétexte qu'il ne remplirait pas ses obligations concernant son programme nucléaire, et ce malgré le fait que, selon l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), l'Iran respecte le Plan global d'action conjoint.

    Le président du parlement iranien, Ali Larijani, a qualifié d'irresponsables les déclarations du Président américain Donald Trump qui a annoncé vendredi la «non-certification» des engagements de l'Iran dans le cadre de l'accord sur son programme nucléaire et l'intention des États-Unis de se retirer de l'accord.

    «Le sujet étant très important, je voudrais noter que, loin de contribuer à la solution de ce problème, la situation créée par l'Amérique le pousse au bord du gouffre. Une preuve en est fournie par les dernières déclarations irresponsables du Président américain», a-t-il indiqué lors d'une session de l'Union interparlementaire (UIP) à Saint-Pétersbourg.

    Ali Larijani a dit regretter que le corps des Gardiens de la révolution islamique ait été accusé de soutenir le terrorisme par les États-Unis.

    «En ce qui concerne le problème nucléaire, l'Iran a eu pendant 30 mois des négociations avec la participation de l'Union européenne, de la Russie, de la Chine, de l'Allemagne, de la France et du Royaume-Uni, qui ont débouché sur un accord approuvé par le Conseil de sécurité [de l'Onu, ndlr]. M.Trump a déclaré que l'Iran ne respectait pas ces ententes, tandis que l'AIEA [Agence internationale de l'énergie atomique, ndlr] a officiellement annoncé à huit reprises que l'Iran remplissait ses obligations dans le cadre de cet accord», a noté Ali Larijani.

    Le Président américain Donald Trump a annoncé vendredi la «non-certification» des engagements de l'Iran dans le cadre de l'accord sur son programme nucléaire et a incité le Congrès à durcir les conditions de l'accord. En outre, il a dit que Washington introduirait de nouvelles sanctions contre Téhéran pour son soutien au terrorisme. En réaction à ces propos, le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a indiqué que l'Iran pourrait envisager son retrait du Plan global d'action conjoint.

    Le Plan global d'action conjoint est un accord signé à Vienne, en Autriche, le 14 juillet 2015, par les huit parties suivantes: les pays du P5+1 (les cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies: les États-Unis, la Russie, la Chine, la France, le Royaume-Uni et l'Allemagne), ainsi que l'Union européenne et la République islamique d'Iran.

    Lire aussi:

    Accord sur le nucléaire: un plan d'action iranien prévu en cas de retrait des USA
    Nucléaire iranien: les Américains «ont violé l’esprit» et «la lettre de ce plan»
    Par leur décision sur l’Iran, les USA démontrent leur instabilité dans les négociations
    Tags:
    Plan global d'action conjoint (JCPOA), programme nucléaire iranien, Union européenne (UE), Corps des Gardiens de la révolution islamique, Union interparlementaire (UIP), Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), Mohammad Javad Zarif, Donald Trump, Ali Larijani, Vienne, Autriche, Royaume-Uni, Allemagne, France, Chine, Saint-Pétersbourg, Russie, États-Unis, Iran
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik