International
URL courte
15232
S'abonner

Selon le commandant de la Garde royale bahreïnie, le royaume envisage d'augmenter les importations d'armes russes et négocie actuellement l'achat de systèmes de missiles S-400.

Bahreïn souhaite accroître ses importations d'armes russes, a déclaré lundi aux journalistes le commandant de la Garde royale Nasser ben Hamed Al Khalifa.

«Bahreïn et la Russie sont engagés dans une vaste coopération militaire […]. Nous souhaitons consolider nos rapports et augmenter le nombre d'armes russes en dotation dans les forces de défense bahreïnies», a fait savoir M.Al Khalifa lors de l'inauguration de l'exposition internationale BIDEC à Manama.

Selon lui, Bahreïn a suivi de près la récente visite du roi saoudien Salmane ben Abdelaziz Al Saoud en Russie au cours de laquelle «de nombreux accords» ont été signés en matière de coopération militaire.

À l'heure actuelle, Moscou et Manama sont en train de négocier la livraison de systèmes de missiles russes S-400 à Bahreïn, a souligné le commandant de la Garde royale.

Le S-400 Triumph (désignation Otan: SA-21 Growler) est un système de missiles sol-air de grande et moyenne portée destiné à abattre tout type de cible aérienne: avions, drones et missiles de croisière hypersoniques. Le système est capable de tirer simultanément 72 missiles sur 36 cibles qu'il détecte à une distance de 600 km.

Conçu par le bureau d'études Almaz-Anteï, le système S-400 Triumph est en dotation dans l'armée russe depuis 2007.

Lire aussi:

Deux ex-espions du KGB et de la DGSE racontent: «Les Gafam sont le service de renseignement le plus puissant au monde»
Moscou publie sa liste des «pays inamicaux» et explique les mesures qui les attendent
La Chine met-elle sur pied une invincible armada? - vidéo
Erdogan veut donner «une leçon forte et dissuasive» à Israël
Tags:
armements, défense antimissile, importations, S-400, BIDEC 2017, Nasser ben Hamed Al Khalifa, Salmane ben Abdelaziz al-Saoud, Bahreïn, Arabie Saoudite, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook