International
URL courte
18926
S'abonner

Un député russe a dénoncé les «déclarations explosives» du représentant adjoint nord-coréen auprès de l'Onu, tout en appelant à ne pas isoler Pyongyang.

Les menaces de recours à l'arme nucléaire proférées par la Corée du Nord sont très graves, estime le chef de la commission des Affaires étrangères de la Douma (chambre basse du parlement russe), Leonid Sloutski.

«La rhétorique du vice-représentant permanent nord-coréen auprès de l'Onu revêt sans aucun doute un caractère très dur. Ce sont des déclarations explosives qui ne contribuent guère à réduire les tensions autour de la péninsule coréenne», a déclaré M.Sloutski devant les journalistes.

Selon lui, Pyongyang ne doit pas ignorer la position de la communauté internationale et les résolutions du Conseil de sécurité de l'Onu. Il a rappelé que la Russie «n'avait jamais soutenu et ne soutiendrait jamais» le statut nucléaire autoproclamé de Pyongyang.

Le député russe a cependant souligné qu'il ne fallait pas «mettre la Corée du Nord au pied du mur».

Auparavant, le représentant permanent adjoint de la Corée du Nord auprès des Nations unies Kim In Ryong avait déclaré que la situation sur la péninsule coréenne avait atteint «un point critique» et que la guerre nucléaire «pourrait éclater à tout moment».

Lundi, Vladimir Poutine a signé un décret instaurant des sanctions à l'encontre de Pyongyang et suspendant la coopération scientifique et technique entre les deux pays conformément à la résolution 2321 du Conseil de sécurité de l'Onu en date du 30 novembre 2016.

Les banques russes ont 90 jours pour fermer leurs représentations dans ce pays. Les organisations et les personnes physiques ne peuvent plus commercer avec la Corée du Nord par les voies publiques ou privées.

Lire aussi:

Didier Raoult répond à l’AP-HP qui l’avait accusé de «faux témoignage»
Covid-19: la deuxième vague, une fiction?
Cet aliment contribuerait au vieillissement des artères et à l’apparition de maladies cardiaques
Macron propose à Philippe une mission en vue de 2022 après sa démission
Tags:
guerre nucléaire, tensions, menace nord-coréenne, sanctions, Douma d'État, Conseil de sécurité de l'Onu, ONU, Kim In Ryong, Léonid Sloutski, Russie, Corée du Nord
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook