International
URL courte
10381
S'abonner

Le Kremlin a commenté les manifestations devant le siège du parlement ukrainien à Kiev qui ont fait plusieurs blessés parmi des Ukrainiens réclamant la mise en place d’un tribunal anti-corruption et la modification de la législation électorale. Selon Moscou, la situation créée est loin d’être stable.

La situation à Kiev, devenu depuis hier le théâtre de manifestations ayant pour but de créer un tribunal anti-corruption et de modifier de la législation électorale, est loin d'être stable. Le Kremlin surveille le déroulement des évènements, a déclaré Dmitri Peskov, le porte-parole du Président russe.

«Nous surveillons ce qui se passe là-bas, la situation est loin d'être stable», a commenté M.Peskov.

Il a en outre souligné qu'il était encore impossible de dire si les évènements dans la capitale ukrainienne étaient en mesure d'influer sur la mise en œuvre des accords de Minsk portant sur le règlement de la situation dans le sud-est du pays.

Quelques milliers de personnes se sont rassemblées mardi dans le centre de la capitale ukrainienne pour exiger la suppression de l'immunité parlementaire, la modification de la législation électorale et la création d'un tribunal anti-corruption.

 

Les affrontements entre les manifestants et la police ont fait hier au moins dix blessés.

Des manifestant ont installé des tentes en face du bâtiment de la Rada suprême (le parlement ukrainien) et y ont passé la nuit. Mercredi matin, ils étaient environ 200 à rester dans la rue. Des agents de police et la Garde nationale ukrainienne sont également déployés devant le Parlement de Kiev.

 

Lire aussi:

Six touristes français tués dimanche au Niger par des hommes armés
Où est passé le navire ayant apporté le nitrate d’ammonium à Beyrouth?
L'explosion à Beyrouth a engendré un cratère de 43 mètres de profondeur - images
Élections présidentielles en Biélorussie: les premières estimations tombent
Tags:
manifestation, Dmitri Peskov, Kiev, Ukraine, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook