Ecoutez Radio Sputnik
    La statue de Christophe Colomb à Manhattan

    Trump exhorte à arrêter le déboulonnement des statues de Christophe Colomb

    © AP Photo/ Bebeto Matthews
    International
    URL courte
    10253

    Donald Trump s’est préoccupé du sort des statues de Christophe Colomb aux États-Unis, ainsi que de l’attitude de ses compatriotes envers leur drapeau national.

    Intervenant pendant la réunion annuelle de la Heritage Foundation, le Président américain a exhorté à mettre un terme au déboulonnement des statues de Christophe Colomb.

    «C'est notre patrimoine», a-t-il déclaré à Washington, appelant également les Américains à «témoigner du respect envers le drapeau américain».

    Aux États-Unis, les forces politiques de gauche prônent la destruction des statues de Colomb prétextant que la découverte de l'Amérique par les Européens en 1492 a provoqué le génocide de la population indienne. De nombreuses statues ont été déjà profanées.

    Fin août, des personnes inconnues avaient détruit une statue de Colomb à Yonkers dans l'État de New York. Le maire de New York Bill de Blasio avait annoncé l'intention d'enlever la statue de Colomb installée dans la ville, mais, face à la vague de critique déclenchée, il avait proposé de la doter d'une explication politiquement correcte du contexte historique.

    Les attaques contre les statues de Colomb font partie d'une campagne de révision de l'histoire et de déboulonnement de statues menée par la gauche américaine. Ces derniers mois, de nombreux monuments de personnalités de la Confédération battue dans la guerre de Sécession aux États-Unis au 19e siècle ont été détruits.

    Lire aussi:

    La canicule fait ses premiers morts en France
    La Russie évacue du Venezuela ses spécialistes qui entretenaient du matériel technique
    Une femme décédée pendant 27 minutes raconte ce qu'elle a vu et vécu
    Tags:
    drapeau, destruction, statue, Christophe Colomb, Bill de Blasio, Donald Trump, New York
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik