International
URL courte
Libération de la ville de Deir ez-Zor (105)
796176
S'abonner

Le major-général de la Garde républicaine syrienne Issam Zahreddine est décédé aujourd’hui dans l'explosion d'une mine.

L'un des plus célèbres généraux de l'armée syrienne, Issam Zahreddine, qui était responsable de la défense de Deir ez-Zor, a été tué mercredi dans l'explosion d'une mine.

«Le général Issam Zahreddine est décédé aujourd'hui à la suite de l’explosion d'une mine dans la zone de l'île de Saker», a communiqué à Sputnik une source proche du dossier.

Luttant contre le terrorisme, Issam Zahreddine était à la tête des défenses de la ville de Deir ez-Zor depuis 3 ans et demi.

Fin 2013, M.Zahreddine avait été envoyé à Deir ez-Zor et promu major-général. Il avait été rappelé avec sa brigade à Damas en avril 2015, avant d'être à nouveau déployé à Deir ez-Zor le mois suivant. En juin 2015, il était parti renforcer l'armée syrienne à Hassaké, qui subissait alors une offensive Daech. En janvier 2017, de retour à Deir ez-Zor, Issam Zahreddine s’était retrouvé de nouveau à la tête des défenses de la ville pour repousser une nouvelle offensive des djihadistes.

Le 5 septembre, les forces syriennes ont brisé le siège de Deir ez-Zor et sont entrées dans la partie nord de la ville. Le blocus de la base aérienne de Deir ez-Zor a été forcé quatre jours plus tard par les unités syriennes placées sous le commandement des généraux Issam Zahreddine et Souheil al-Hassan. Actuellement, la Russie aide les forces gouvernementales syriennes à chasser les terroristes de Deir ez-Zor, ville partiellement libérée début septembre.

Dossier:
Libération de la ville de Deir ez-Zor (105)

Lire aussi:

Polémique: la chaîne française M6 s’attire les foudres des Maghrébins
Pour le Pr Raoult, l'épidémie actuelle est «une autre maladie» qui «n’a rien à voir» avec celle de mars-avril
Enedis veut couper l'électricité de Bernard Tapie: «Ce qu'ils veulent, c'est ma peau»
Tags:
Issam Zahreddine, Deir ez-Zor, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook