International
URL courte
0 110
S'abonner

Les vols directs sont de nouveau possibles entre l’Irak et l’Arabie saoudite qui avaient suspendu leurs liaisons aériennes en 1990, dans la foulée de l'invasion irakienne du Koweït. Un avion saoudien s’est déjà posé à Bagdad.

L’Arabie saoudite et l’Irak ont relancé leurs liaisons aériennes interrompues il y a 27 ans, a annoncé mercredi le ministère irakien des Transports.

«Les deux pays ont signé un mémorandum de coopération pour l’organisation des liaisons aériennes et le fonctionnement des services au sol», a indiqué le ministère dans un communiqué.

Pendant des années, les Irakiens souhaitant se rendre en Arabie saoudite, notamment pour accomplir le Hadj, étaient obligés d’y aller en bus. Ils pouvaient également rejoindre des pays voisins de l’Irak pour y prendre un avion à destination de Djeddah.

Un avion de la compagnie aérienne saoudienne low-cost Flynas s’est posé mercredi à l’aéroport de Bagdad. Le ministre irakien des Transports Kazem Finjan et les représentants de l’ambassade d’Arabie saoudite dans la capitale irakienne ont accueilli ce premier vol.

Selon le ministère irakien, l’Arabie saoudienne s'est dit prête à accueillir des vols réguliers d’Iraqi Airways, la principale compagnie aérienne d’Irak, vers les aéroports de Djeddah, de Médine et de Dammam.

En 2010, une autre compagnie saoudienne, Alwafeer Air, basée à Djeddah, avait déjà essayé de relancer les vols réguliers pour Bagdad et Bassora. Toutefois, elle avait mis fin à ses opérations en 2011.

Lire aussi:

«Toutes les personnes qui vont aller se faire vacciner sont des cobayes», lance une députée française
L’Iran suspend sa coopération avec l’UE dans plusieurs domaines
«Reprendre le pouvoir»: «Une partie des endormis va se réveiller», prédit François Boulo
Un mort et un blessé par balles devant un hôpital à Paris - images
Tags:
liaison aérienne, Flynas (compagnie aérienne), Iraki Airways, Kazem Finjan, Dammam, Médine, Djeddah, Bagdad, Arabie Saoudite, Irak
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook