Ecoutez Radio Sputnik
    Chasseurs russes MiG-29 / image d'illustration

    Des chasseurs pour le grand public: aux USA, on brade des aéronefs soviétiques MiG

    © Sputnik. Alexey Danichev
    International
    URL courte
    115169630

    Sur le site de la société de courtage américaine Raptor Aviation, on annonce de véritables soldes: tous ceux le souhaitent et en ont besoin peuvent acquérir des aéronefs soviétiques en bon état opérationnel, selon les descriptions mise en ligne sur le site.

    La société de courtage américaine Raptor Aviation propose d'acquérir des chasseurs soviétiques en état de marche. Elle a ainsi publié une annonce sur son site officiel.

    Parmi les aéronefs «à vendre», on trouve un  qui, selon la description, est arrivé aux États-Unis en provenance d'Ukraine où sa maintenance était réalisée à l'usine de réparation des aéronefs d'Etat de Lvov. Le prix demandé pour cet aéronef est de 4.65 millions de dollars. On trouve également un intercepteur MiG-17PF et plusieurs chasseurs MiG-21UM.

    Certains de ces aéronefs devront être réceptionnés par leurs acheteurs en Europe «en état désassemblé». Dans le même temps, les clients sont assurés que tous les avions ont été certifiés par la Federal Aviation Administration des États-Unis et qu'ils sont pleinement conformes à la législation américaine sur le contrôle des exportations d'armes.

    La société a été fondée en 2000 dans l'État de l'Ohio et ne vend pas que des aéronefs. Elle propose également des services de livraison d'équipement militaire et civil, d'accompagnement pour les transactions et de conseils d'experts. La société vend non seulement des véhicules de combat soviétiques, mais aussi des aéronefs français, tchèques, italiens et américains.

    Lire aussi:

    MAKS 2017: nouveau MiG-35, T-50 et drones arctiques
    Des F-15 dépêchés pour un mystérieux aéronef repéré aux USA
    La Russie a vendu une armada d’aéronefs pour un montant de 65 milliards de dollars
    Tags:
    chasseur, URSS, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik