International
URL courte
1330
S'abonner

Malgré le refus de Donald Trump de certifier l’accord sur le nucléaire iranien, la Russie insiste sur le respect de ce dernier et exclut toute possibilité de révision du document.

La diplomatie russe a exprimé samedi son attachement à l'accord nucléaire conclu avec l'Iran, renonçant fermement à retourner à la politique des sanctions.

«Tant que l'Iran respecte tous ses engagements, nous rejetons toute possibilité de réintroduire des sanctions dans le cadre du Conseil de sécurité de l'Onu», a déclaré le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Riabkov.

S'exprimant lors de la Conférence sur la non-prolifération des armes nucléaires qui se déroule à Moscou, le responsable a affirmé que la Russie «n'était pas disposée à participer à n'importe quel type de nouvelles négociations destinées à "perfectionner" l'accord» existant.

«Il est impossible de rectifier l'accord parce que tous les problèmes qu'on avait à résoudre ont été réglés de telle ou telle façon», a-t-il poursuivi.

L'accord sur le programme nucléaire iranien a été conclu entre Téhéran et les puissances du groupe P5+1 (États-Unis, Allemagne, France, Grande-Bretagne, Russie et Chine) le 14 juillet 2015, après douze ans de crises diplomatiques et d'âpres négociations.

Qualifié à l'époque d' «historique», le texte, qui encadre les activités nucléaires iraniennes en contrepartie d'une levée progressive des sanctions frappant la République islamique, est profondément fragilisé depuis la décision, vendredi dernier, du Président américain Donald Trump de ne pas certifier au Congrès que Téhéran en respecte les termes.

Lire aussi:

Une Chinoise venant de Wuhan dupe les autorités françaises et entre à Paris avec de la fièvre
Un poisson saute hors de l’eau et transperce le cou d’un pêcheur – photo choc
Poutine rhabille un militaire palestinien en pleine cérémonie – vidéo
Comment Téhéran pourrait faire s’effondrer les marchés américains
Tags:
ONU, Sergueï Riabkov, Russie, Iran
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik