Ecoutez Radio Sputnik
    Mike Pompeo, director de la CIA

    Les USA ont donné la «marque noire» à Kim Jong-un

    CC BY-SA 2.0 / Gage Skidmore / Rendition
    International
    URL courte
    245233426

    En évoquant une «soudaine disparition» du dirigeant nord-coréen, les USA remettent une «marque noire» à Kim. Ce qui reste à savoir est à quel point cette menace est réalisable, considère un sénateur russe.

    Commentant la déclaration du directeur de l’Agence centrale de renseignement américaine (CIA) sur sa réaction en cas de «disparition» de Kim Jong-un, le sénateur russe Alexeï Pouchkov a estimé que les États-Unis avaient ainsi donné au dirigeant nord-coréen une «marque noire», signe augurant la mort dans le monde des pirates.

    «La déclaration du chef de la CIA n’a pas d’autre signification: la marque noire a été envoyée à Kim Jong-un. Les dirigeants ne disparaissent pas soudainement. À quel point cette menace est réalisable, là c’est une autre question», a indiqué le sénateur sur son compte Twitter.

    ​Mike Pompeo, directeur de la CIA, avait plus tôt indiqué que si Kim Jong-un disparaissait, il n'en parlerait pas, compte tenu de l'histoire de l’agence. Il a en outre indiqué que la CIA allait devenir «encore plus vicieuse».

    Les tensions entre Pyongyang et Washington se sont exacerbées après le lancement par les États-Unis et la Corée du Sud de manœuvres militaires conjointes visant à entraîner les bâtiments de guerre à frapper les sites militaires clés de la Corée du Nord dans l'hypothèse d'une «situation d'urgence» sur la péninsule.

    En septembre, la Corée du Nord a annoncé avoir testé avec succès une bombe H qui, selon les évaluations d’experts nippons et sud-coréens, pourrait être 10 fois plus puissante que les bombes nucléaires d'Hiroshima et Nagasaki. Il s’agit du sixième test nucléaire mené par Pyongyang.

    La Russie et la Chine ont proposé à la Corée du Nord de décréter un moratoire sur les tests nucléaires et les tests de missiles, appelant parallèlement les États-Unis et la Corée du Sud à s’abstenir de toute manœuvre militaire dans la région et ce au nom de la stabilisation sur la péninsule. Washington a laissé cette initiative sans suite.

    Lire aussi:

    Pyongyang menace de riposter face aux USA par un essai d'une bombe H «sans précédent»
    Le Pentagone précise quand il sera prêt à dialoguer avec la Corée du Nord
    Kim Jong-un définit la ligne de front
    Tags:
    menaces, Mike Pompeo, Kim Jong-un, Alexeï Pouchkov, Corée du Nord, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik