International
URL courte
10321
S'abonner

Les États-Unis, qui qualifient le comportement de Téhéran de «déraisonnable» et «déstabilisant», refusent de reconnaître le rôle que l’Iran joue au Proche-Orient. Comme l’estime le chef de la diplomatie de ce pays, sans l’aide iranienne, Daech aurait occupé depuis longtemps Damas et Bagdad.

Le refus des États-Unis de changer son attitude sur le rôle de Téhéran au Proche-Orient est regrettable, a déclaré le chef de la diplomatie iranienne Mohammad Javad Zarif.

«Malheureusement, après de longues années d’erreurs, les Américains ne veulent pas changer leur position [et reconnaître, ndlr] que l’Iran stabilise la situation et combat le terrorisme dans la région», a-t-il déclaré, cité par l’agence ISNA.

Et de souligner que faute du dévouement de Téhéran, le groupe terroriste aurait contrôlé les capitales syrienne et irakienne, Damas et Bagdad, ainsi que se serait emparé d’Erbil, capitale de la région autonome du Kurdistan irakien.

La Maison-Blanche avait récemment annoncé que le comportement «déraisonnable» de l’Iran ainsi que le corps des Gardiens de la révolution islamique représentaient une des plus grandes menaces aux intérêts de Washington et à la stabilité au Proche-Orient. Les autorités américaines évoquent le rôle déstabilisateur de l’Iran et assurent que Téhéran a profité de l’instabilité dans la région et des conflits qui la secouent pour élargir son influence.

Lire aussi:

Cet aliment contribuerait au vieillissement des artères et à l’apparition de maladies cardiaques
Miss France 2020 sauvée par les pompiers lors d’un incendie dans son immeuble à Paris
Un épidémiologiste croit savoir les causes de la mortalité plutôt faible du Covid-19 en Allemagne
Tags:
lutte antiterroriste, rôle, destabilisation, Kurdes, Daech, Mohammad Javad Zarif, Erbil, Bagdad, Damas, Proche-Orient, États-Unis, Iran
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook