Ecoutez Radio Sputnik
    Le drapeau de l'UE

    Quelle UE serait au «goût» de la Russie? Le Kremlin répond

    © REUTERS/ Inquam Photos/Octav Ganea
    International
    URL courte
    5878213

    La Russie souhaite que l'Union européenne soit un partenaire uni, fort, prévisible et amical, a déclaré lundi le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, avant d’ajouter que les référendums d’autonomie en Lombardie et en Vénétie étaient l’affaire intérieure de l’Italie.

    Moscou veut voir en l'Union européenne en tant un partenaire uni, fort, prévisible et amical, a déclaré le porte-parole du Président russe, Dmitri Peskov, lors d'un point de presse.

    «En ce qui concerne l'Union européenne, bien sûr, la Russie est intéressée à ce qu'elle soit un partenaire uni, fort, prévisible et amical», a déclaré M. Peskov.

    Commentant les référendums d'autonomie des régions italiennes de Vénétie et de Lombardie qui se sont tenus la veille, le porte-parole a souligné que «c'était une affaire interne» de l'Italie, tout comme le référendum en Catalogne ne concerne que l'Espagne. «La Russie n'a aucune intention de s'ingérer dans les affaires intérieures des pays avec lesquels nous avons des relations très bonnes et avancées», a-t-il conclu.

    Les régions italiennes de la Vénétie et de la Lombardie ont voté dimanche 22 octobre, à une majorité absolue, en faveur d'une plus grande autonomie. Le taux de participation se serait respectivement chiffré à environ 40% et à plus de 57%. ​Selon des chiffres quasi définitifs, les électeurs ont voté à 95% en faveur du oui en Lombardie et à 98% en Vénétie. Les référendums sont consultatifs et n'entraînent pas de conséquences juridiques directes.

    Lire aussi:

    Le Kremlin commente les référendums en Vénétie et en Lombardie
    Italie: la Vénétie et la Lombardie votent pour plus d’autonomie
    Une Italienne de 101 ans vient voter au référendum d’autonomie en Vénétie
    Tags:
    Union européenne (UE), Dmitri Peskov, Moscou, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik