International
URL courte
Par
5318
S'abonner

Les aventures de cette vilaine Main du Kremlin ne se limitent pas à l’Europe et aux USA! Les vassaux de Poutine auraient traversé 13.000 km pour murmurer leur volonté au Président sud-africain. Le Kremlin a pris la peine d’expliquer son «ingérence» dans les affaires intérieures de ce pays africain…

La liste des pays victimes de «l'ingérence» russe s'élargit inexorablement. Cette fois-ci, la Main du Kremlin a appris que des médias sud-africains avaient vu passer son ombre aux traits effrayants dans les couloirs des hauts responsables du pays.

Les agents pro-Poutine auraient ainsi traversé toute l'Europe et le continent africain pour s'entretenir en personne avec le chef d'État sud-africain Jacob Zuma, qui était sur le point de nommer un nouveau ministre, le 16 octobre.

Arrivés quelques heures juste avant l'annonce décisive, les Russes auraient fait changer d'avis M.Zuma (ou «forcé», la Main du Kremlin ignore ce détail) sur le candidat, de sorte que le Président nomme David Mahlobo au poste de ministre de l'Énergie. C'est du moins ce que prétendent des médias locaux «bien informés».

Les rumeurs sur ses dons de persuasions ont atteint le Kremlin, qui a qualifié aujourd'hui cette information, portant sur ses pouvoirs surpuissants, de nouvelle preuve de la russophobie.

C'est une «nouvelle manifestation d'une russophobie enragée qui n'a rien à voir avec la réalité», a commenté Dmitri Peskov, le porte-parole du Président russe.

À quand le prochain mythe sur les pouvoirs extraordinaires de la Main du Kremlin?

Détails à suivre…

Lire aussi:

Des millions de voitures pourraient être prochainement exclues de la circulation dans les grandes villes de France
«Toutes les personnes qui vont aller se faire vacciner sont des cobayes», lance une députée française
L’Iran suspend sa coopération avec l’UE dans plusieurs domaines
«Reprendre le pouvoir»: «Une partie des endormis va se réveiller», prédit François Boulo
Tags:
ministre, énergie, Jacob Zuma, Dmitri Peskov, Afrique du Sud, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook