Ecoutez Radio Sputnik
    Les commandos sud-coréens participent à des exercices militaires avec les militaires américains

    Comment Pyongyang peut réagir aux nouveaux exercices américano-sud-coréens?

    © REUTERS / Kim Hong-Ji
    International
    URL courte
    9260

    Les manœuvres militaires que les USA et la Corée du Sud mènent sur la péninsule coréenne risquent de provoquer une riposte dévastatrice de Pyongyang, d’après l’expert militaire russe Vassili Kachine. Deux experts chinois interrogés par Sputnik ont aussi mis en garde contre un conflit militaire majeur dans la région.

    La Corée du Nord peut considérer les exercices de routine américano-sud-coréens comme un moyen de dissimuler les préparatifs d’une frappe préventive des États-Unis et de leurs alliés, a déclaré à Sputnik Vassili Kachine, expert militaire russe.

    «Plus l’illusion sur la possibilité de régler le problème nucléaire nord-coréen par une frappe locale est forte, plus dangereux seront les exercices, même de routine, américano-sud-coréens sur la péninsule. Pyongyang peut croire que les États-Unis et leurs alliés mènent ces manœuvres pour cacher la préparation d’une frappe préventive», a indiqué M.Kachine.

    Selon lui, le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a une autre vision du monde dont témoignent ses tentatives «grossières» d’imposer aux États-Unis un dialogue sur le problème balistique et nucléaire. Pyongyang appelle les États-Unis à un compromis selon lequel les Nord-Coréens limiteraient le développement de leurs forces nucléaires et les États-Unis leur garantiraient la sécurité et allégeraient les sanctions.

    Mais le processus politique est actuellement dans une impasse. Les États-Unis ne cessent de parler d’une éventuelle frappe préventive destinée à désarmer la Corée du Nord et les négociations avec ce pays leur paraîtraient «une défaite importante».

    D’autre part, «pour Kim Jong-un, une frappe américaine restée sans une réponse dévastatrice risque de mettre en péril la stabilité de son régime», a noté l’expert.

    En plus, les autorités nord-coréennes ne considèrent pas comme suicidaire le lancement d’un conflit militaire important sur la péninsule. Elles disposent d’une grande armée, de nombreux refuges souterrains difficiles à détruire et d’un réseau dense de sites de défense antiaérienne, d’après M.Kachine.

    Selon Guan Zhaoyu, expert chinois du Chongyang Institute for Financial Studies, «les exercices militaires lancés par les États-Unis sont le principal facteur déstabilisant la situation sur la péninsule de Corée».

    «Les manœuvres militaires des États-Unis ont fait pressentir à la Corée du Nord une menace pour son existence […]. La course aux armements en Asie de l’Est a transformé cette région en un lieu où les exercices militaires sont les plus fréquents», a estimé Guan Zhaoyu.

    Dans ce contexte, il est peu probable que la Chine soutienne une opération militaire préventive contre la Corée du Nord, ajoute Zhao Tong, expert en sécurité de la région Asie-Pacifique et des questions nord-coréennes au Centre Carnegie-Tsinghua.

    «Si un conflit militaire éclate sur la péninsule de Corée, il sera difficile d’y mettre fin ou de le contrôler. La situation peut très vite dégénérer en guerre totale», a noté Zhao Tong.

    La semaine dernière, Washington et Séoul ont mené des manœuvres engageant un groupe aéronaval de l’US Navy, ainsi que des exercices d’évacuation des membres de familles des soldats américains de Corée du Sud. Pyongyang l’a qualifié de «préparatifs à une guerre».

    Lire aussi:

    Un homme armé d’un couteau commet une agression à Villejuif, il aurait crié «Allahu Akbar»
    Madonna et les candidats islandais sortent un drapeau palestinien lors de l’Eurovision en Israël (images)
    Une explosion vise un car de touristes près des pyramides en Égypte (photos)
    Tags:
    exercices d'évacuation, frappe préventive, expert, risques, guerre, Chongyang Institute for Financial Studies, Centre Carnegie-Tsinghua, Kim Jong-un, Zhao Tong, Guan Zhaoyu, Vassili Kachine, Asie-Pacifique, Chine, États-Unis, Corée du Nord, Corée du Sud
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik