International
URL courte
5116113
S'abonner

Des armes de fabrication américaine, belge et britannique ont été découvertes dans un important dépôt d’armes de Daech dans l’est de la Syrie, selon un général de l’armée gouvernementale syrienne.

Le plus grand dépôt d'armes des terroristes de Daech, situé à Mayadine, dans l'est de la Syrie, récemment repris par l'armée syrienne, contenait des armes modernes de l'Otan, de fabrication américaine, belge et britannique, a annoncé mardi aux journalistes le général syrien Souheil al-Hassan.

«Nous aurons besoin d'au moins six jours pour évacuer tous ces trophées laissés par les terroristes de Daech après leur fuite. On y trouve énormément d'armes et divers moyens de communication de fabrication étrangère», a indiqué le général.

Mayadine était le centre logistique de Daech, doté d'un système de dépôts et d'ateliers. Après sa libération, les troupes syriennes ont récupéré des armes d'infanterie et antichar, des pièces et munitions d'artillerie, des mines artisanales, ainsi que des chars et des blindés saisis auparavant par les terroristes à l'armée syrienne.

Les militaires ont également montré aux journalistes des radars, des appareils médicaux mais aussi un atelier de fabrication de drones, avec des dizaines de drones totalement neufs utilisés par les terroristes pour effectuer des missions de reconnaissance et des bombardements ciblés. La plus grande partie de l'arsenal est composée d'armes en usage dans les pays de l'Otan.

Des armes modernes de l'Otan auraient été découvertes dans un dépôt de Daech en Syrie
© Sputnik

Lire aussi:

Un plan secret anglais de 2017 prévoyait de priver les personnes âgées d’aide médicale en cas de pandémie
Une fusillade éclate à côté du Pentagone, le secteur est bouclé
Des sous-marins nucléaires russes arpentent-ils vraiment les fonds marins de l’Atlantique?
Les mesures de restriction des activités reviennent en force malgré la campagne de vaccination
Tags:
Syrie, Mayadine, Souheil al-Hassan, Etat islamique, OTAN, armements
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook