International
URL courte
191
S'abonner

En attendant l’examen de l’affaire de leur ex-leader, un groupe de nationalistes ukrainiens a détruit un tribunal, s’est barricadé dans la salle d'audience et y est resté pour passer la nuit. Le lendemain matin, une équipe d’intervention a brisé le blocage et interpellé les radicaux.

Les radicaux ont saccagé un tribunal de Kiev et sont restés dedans pendant la nuit, ont annoncé les utilisateurs des réseaux sociaux, les journalistes des médias locaux et les radicaux eux-mêmes.

Lundi, le tribunal du quartier de Sviatochinski à Kiev devait examiner l'affaire de l'ex-dirigeant de l'Organisation des nationalistes ukrainiens, Nikolaï Kohanovski, arrêté samedi pour des tirs d'arme à feu dans le centre de la capitale.

Après que le juge a annoncé une interruption jusqu'au mardi 24 octobre à 09h, les radicaux, dans la crainte que leur camarade ne soit emmené dans un centre de détention, ont décidé de bloquer la salle d'audience, exigeant de reprendre immédiatement le procès. Selon eux, l'affaire devrait aboutir à la libération de leur ex-dirigeant.

Cependant, le juge n'est pas revenu dans la salle et les forces de l'ordre ont tenté de lever le blocage en lançant des grenades de gaz lacrymogène dans le bâtiment. Les nationalistes ont alors saccagé la salle d'audience, détruisant les meubles, brisant les fenêtres, renforçant les barricades, et ont décidé d'y passer la nuit, en attendant la reprise du procès.

Le lendemain matin, mardi, le blocage a été brisé par une équipe d'intervention qui a rétabli l'ordre dans le tribunal. Suite à l'opération, 30 nationalistes ont été arrêtés.

Depuis des semaines, l'atmosphère à Kiev demeure véritablement survoltée. Près de 5.000 Ukrainiens, menés notamment par l'ex-Président géorgien Mikhaïl Saakachvili, ont manifesté le 17 octobre devant le parlement à Kiev pour exiger la suppression de l'immunité parlementaire, la modification de la législation électorale et la création d'un tribunal anti-corruption. Les affrontements entre les manifestants et la police ont fait au moins 10 blessés.

Lire aussi:

Erdogan espère que la France «se débarrassera au plus vite du danger Macron»
L’avocat de Trump présente au Sénat de Géorgie une première vidéo de «preuve» de fraude électorale
Macron annonce la création d'une plateforme de signalement des discriminations
L’organisateur de l’orgie gay ayant accueilli l’eurodéputé hongrois livre des détails de la soirée
Tags:
tribunal, radicaux, Ukraine, Kiev
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook