Ecoutez Radio Sputnik
    Brexit

    Brexit, machine arrière toute?

    © REUTERS / Toby Melville
    International
    URL courte
    Brexit (2017) (73)
    7222

    Le Président du Conseil européen Donald Tusk a estimé que le divorce du Royaume-Uni avec l'UE pourrait toujours être révoqué si le gouvernement britannique le décide, malgré les voix exprimées en faveur du Brexit.

    Les négociations sur la sortie de la Grande-Bretagne de l'Union européenne sont une énorme épreuve d'effort et pourraient se solder par le «non Brexit», a affirmé le Président du Conseil européen, Donald Tusk, lors d'une intervention à Strasbourg. Ceci en dépit de la volonté de 52% des Britanniques qui avaient voté «pour» ce divorce à l'époque.

    «En fait, c'est Londres qui doit décider comment cela finira: par un bon accord, aucun accord ou un non Brexit», a affirmé M.Tusk.

    Entre-temps, pour chaque scénario, l'UE pourra protéger les intérêts communs uniquement en travaillant de concert.

    «Nous devons garder notre unité indépendamment de la direction des pourparlers. L'UE sera capable de suivre n'importe quel scénario pourvu qu'elle ne soit pas divisée», a-t-il souligné.

    Les cercles juridiques sont divisés en ce qui concerne la perspective que Londres révoque l'application de l'article 50 déterminant sa sortie de l'Union européenne. En cela, il est improbable que le Royaume-Uni suspende la procédure du Brexit car les deux partis principaux affirment respecter le résultat du référendum de 2016, affirme l'Independent. Les Libéraux-démocrates appellent d'ailleurs à un référendum pour négocier d'un accord final.

    La décision de sortir de l'Union européenne a été adoptée par les citoyens britanniques lors du référendum qui s'est tenu le 23 juin 2016. Là, la majorité des Britanniques (52%) se sont prononcés en faveur de la sortie de leur pays de l'UE.

    Le 29 mars 2017, le Royaume-Uni a lancé officiellement la procédure de la sortie, après avoir présenté une lettre officielle au chef du Conseil européen Donald Tusk. Le pays devrait quitter l'Union européenne le 29 mars 2019.

    Dossier:
    Brexit (2017) (73)

    Lire aussi:

    Michel Barnier: «J’apprendrai aux Britannique le prix de la sortie du marché unique»
    Trump redoute que le Brexit ne débouche sur des pertes d'emplois aux USA
    Sigmar Gabriel accuse Londres de ne pas avoir de stratégie pour le Brexit
    Tags:
    accord, pourparlers, suspension, sortie de l'UE, Conseil européen, Union européenne (UE), Donald Tusk, Royaume-Uni
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik