Ecoutez Radio Sputnik
    Mohammed ben Salmane (deuxième à gauche)

    Le prince héritier d’Arabie saoudite opte pour un islam modéré «ouvert sur le monde»

    © AFP 2019 FAYEZ NURELDINE
    International
    URL courte
    202410
    S'abonner

    Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane a promis de mettre fin à l’extrémisme dans le pays et de rompre avec l’ultraconservatisme religieux.

    L’Arabie saoudite retournera à un islam modéré «ouvert sur le monde» sans attendre encore 30 ans, a déclaré mardi à Riyad le prince héritier Mohammed ben Salmane, âgé de 32 ans.

    «Nous retournerons à un islam modéré, tolérant et ouvert sur le monde et à toutes les autres religions. Nous n’attendrons pas 30 ans, mais frapperons immédiatement l’idéologie extrémiste», a indiqué le prince lors d’un forum d’investissement international.

    Le prince Mohammed ben Salmane a promis d’éradiquer rapidement l’extrémisme dans le pays, sous les ovations des investisseurs présents au forum.

    Mohammed Ben Salmane, vice-Premier ministre et ministre saoudien de la Défense, est devenu prince héritier d’Arabie saoudite le 20 juin dernier. Le roi Salmane ben Abdelaziz Al Saoud, 81 ans, l’a nommé prince héritier à la place de son cousin Mohammed ben Nayef, qui le devançait dans l’ordre de succession.

    Le prince Mohammed ben Salmane est considéré comme l'inspirateur de la décision en septembre d’autoriser les Saoudiennes à conduire. 

    Il a aussi été à l’origine de l’idée d’introduire en Bourse 5% du capital de la compagnie pétrolière saoudienne Aramco, la plus importante au monde, à partir de 2018. Il a également lancé en avril 2016 le programme Vision 2030 de modernisation de l’économie. Vision 2030 est destiné à réduire la dépendance du pays au pétrole par le développement de nouveaux secteurs économiques, des énergies renouvelables et du divertissement.

    Tags:
    Mohammed ben Salmane Al-Saoud, religion, conservatisme, islam modéré, islam radical, Saudi Aramco, Salmane ben Abdelaziz al-Saoud, Arabie Saoudite
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik