International
URL courte
571
S'abonner

Objet de critiques acerbes pour son utilisation du réseau social Twitter, le Président américain semble avoir ses raisons pour le faire. Ainsi, en s’adressant au monde entier via Twitter, Donald Trump prône le dialogue direct, sans «filtres ou intermédiaires», a affirmé la porte-parole de la Maison-Blanche.

La Maison-Blanche a révélé pourquoi le dirigeant américain utilisait toujours Twitter pour communiquer avec le monde, malgré toutes les critiques qui lui sont régulièrement adressées à ce sujet.

«Je pense que c'est quelque chose de positif et je pense que c'est l'une de raisons pour lesquelles le Président est le Président. Il s'adresse souvent directement aux Américains, leur parle directement et je pense que c'est un plus», a répondu la porte-parole de la Maison-Blanche Sarah Sanders à la question de savoir si les conseillers de Donald Trump lui donnaient des recommandations concernant l'utilisation de Twitter.

Elle a également souligné que cette façon de communiquer permettait au Président de parler «sans filtre» et d'éviter de «passer par des intermédiaires».

Donald Trump est souvent au cœur de polémiques pour son habitude de s'exprimer sur Twitter. Cet été, un démocrate du Congrès américain a même présenté un projet de loi proposant d'archiver tous les messages postés par le Président US sur les réseaux sociaux.

De son côté, le dirigeant américain a répliqué que Twitter était sa «voix», et qu'on ne le «forcerait jamais à ne plus utiliser les réseaux sociaux».

La page Twitter du chef d'État américain est actuellement suivie par plus de 41,1 millions de personnes. Il a publié plus de 36.200 tweets depuis mars 2009.

Lire aussi:

Plus de 20.000 manifestants pour réclamer justice pour Adama, des gaz lacrymogènes tirés
«Folie furieuse de Macron», «idéologie des eurodingos»: bientôt un impôt européen?
Violent incendie dans le IIe arrondissement de Paris - vidéo
Tags:
politique, communication, réseaux sociaux, critiques, Twitter, présidence américaine, Sarah Huckabee Sanders, Donald Trump, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook