International
URL courte
4113
S'abonner

Le personnel de la campagne d’Hillary Clinton et le Comité national du Parti démocrate américain ont financé l'enquête de Fusion GPS et d’un ex-officier du renseignement britannique sur les liens présumés de Trump avec la Russie, relate le Washington Post.

L'équipe de campagne d'Hillary Clinton et le Comité national démocrate ont aidé à financer la recherche qui a donné naissance à un dossier désormais célèbre contenant des allégations sur les «liens du Président Trump avec la Russie», lit-on dans un article du Washington Post se référant à des informations confidentielles.

Les recherches sur le dossier ont été confiées par Marc Elias, l'avocat représentant la campagne de Clinton, à Fusion GPS, société de recherche commerciale et d'intelligence stratégique basée à Washington. Fusion GPS a ensuite embauché Christopher Steele, ancien officier du renseignement britannique ayant des liens avec le FBI et la communauté du renseignement américain, d'après le média.

Or, avant que Marc Elias ne prenne en charge le financement de l'enquête de Fusion GPS, les recherches ont été payées par un «républicain inconnu», précisent les auteurs de l'article.

En conséquence, le dossier s'est retrouvé au centre de l'enquête concernant «les liens présumés entre Trump et la Russie». Les dirigeants républicains ont alors tenté pendant plusieurs mois de discréditer Fusion GPS et M. Steele afin d'apprendre qui a financé le dossier en question.

En particulier, le dossier qui aurait été payé avec l'argent de la campagne d'Hillary Clinton indique que «le gouvernement russe a recueilli des informations compromettantes au sujet de Trump» et que «le Kremlin a été impliqué dans le soutien de sa campagne». À son tour, M. Trump a catégoriquement nié toutes les accusations et a qualifié l'enquête du FBI de «chasse aux sorcières».

Selon des responsables, le FBI a confirmé certaines informations figurant dans les documents. D'autres détails, y compris «les accusations les plus sensationnelles», n'ont pas été confirmés, résument les auteurs du matériel du Washington Post.

Lire aussi:

Une photo de nouveaux élus faisant des doigts d’honneur déclenche un scandale dans l'Oise
Ce légume est le plus utile pour la santé, affirme un docteur russe
Cette escroquerie leur permet de voler près de 190.000 euros à Cdiscount
Une boulette de BFM TV fait voir rouge à Jean-Luc Mélenchon
Tags:
campagne présidentielle, enquête, Donald Trump, Hillary Clinton, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook