International
URL courte
Scandale des emails d'Hillary Clinton (35)
235
S'abonner

Alexander Nix, directeur de l’entreprise Cambridge Analytica et membre de l'équipe de campagne de Donald Trump, aurait demandé au rédacteur en chef de WikiLeaks Julian Assange de publier des messages de la correspondance de service d’Hillary Clinton. Selon le Daily Beast, M.Assange aurait décliné cette proposition.

En charge de l'analyse de données au sein de l'équipe de campagne de Donald Trump, le patron de l'entreprise de communication Cambridge Analytica, Alexander Nix, aurait demandé au rédacteur en chef de WikiLeaks Julian Assange de publier les 33.000 messages disparus de la correspondance professionnelle d'Hillary Clinton, informe le Daily Beast.

M.Assange a lui-même confirmé que Cambridge Analytica avait adressé cette requête à WikiLeaks, mais qu'il avait refusé de coopérer. Il a ajouté qu'il aurait préféré faire ce travail sans intervention extérieure.

Entre 2009 et 2013, alors qu'elle occupait les fonctions de Secrétaire d'Etat des Etats-Unis, Hillary Clinton utilisait secrètement pour certains usages professionnels sa messagerie privée. Cela lui aurait permis de dissimuler des courriers lors des vérifications, ce qui est interdit aux fonctionnaires.

Auparavant, le Washington Post avait publié un article concernant le financement de la recherche par l'équipe de campagne d'Hillary Clinton et le Comité national démocrate qui avait donné naissance au dossier désormais célèbre des allégations sur les «liens du Président Trump avec la Russie».

Dossier:
Scandale des emails d'Hillary Clinton (35)

Lire aussi:

Un colis suspect adressé au Pr Raoult envoyé à Marseille, une unité spéciale intervient
Cet aliment contribuerait au vieillissement des artères et à l’apparition de maladies cardiaques
Les Américains vont débarquer à La Rochelle «pour renforcer le flanc Est de l’Europe face à la Russie»
Une femme meurt en chutant d'un manège d’un parc d’attractions dans l’Oise
Tags:
campagne, message, équipe, président, Julian Assange, Hillary Clinton, Donald Trump, Russie, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook