International
URL courte
501975
S'abonner

La liste des produits touchés par l’embargo anti-Occident imposé par la Russie vient de s’allonger. Cependant, cela n’affectera pas les besoins de la population russe, explique-t-on au sein du gouvernement russe.

La Russie vient d'annoncer l'élargissement de l'embargo alimentaire et a interdit l'importation des cochons vivants de l'Union européenne, des États-Unis, du Canada et de plusieurs autres pays, indique le message officiel publié sur le site du gouvernement russe.

Outre les cochons vivants, les restrictions sont imposées sur les abats et les graisses des animaux de ferme. Et de rajouter que ces nouvelles interdictions «n'influenceront pas la satisfaction des besoins de la Russie».

Auparavant, le ministre russe de l'Agriculture Alexandre Tkatchev avait appelé à fermer les chaînes de «l'importation grise» de pommes de terre de Biélorussie.

Par le biais de ce pas, la Russie ferme les «chaînes grises des livraisons utilisées pour l'importation des produits qui nuisaient aux producteurs russes», a expliqué le vice-président du gouvernement russe Arkadi Dvorkovitch.

En vigueur depuis le 7 août 2014, l'embargo interdit l'importation en Russie des produits d'agriculture, des matières premières et des denrées alimentaires depuis les pays qui ont introduit des sanctions contre Moscou sur fond de crise ukrainienne. L'embargo russe a initialement visé les produits importés des États-Unis, d'Australie, de Norvège et du Canada. Le 13 août 2015, les autorités russes ont ajouté à cette liste noire l'Albanie, le Monténégro, l'Islande et le Liechtenstein, et enfin l'Ukraine le 1er janvier 2016.

Initialement adoptées pour une période d'un an, les restrictions ont été prolongées à plusieurs reprises — jusqu'au 5 août 2016, puis jusqu'à la fin de 2017. Cette fois, les sanctions ont été prolongées d'un an alors qu'il restait encore six mois jusqu'à leur expiration.

Lire aussi:

Appels au boycott de produits français dans des pays musulmans
Il traite ses copains de «fils de porcs» dans le 93, sa mère refuse de s'excuser auprès de l'enseignant et l'insulte
Un Toulousain diffuse la photo du professeur décapité et finit derrière les barreaux
L’Élysée dénonce les propos «inacceptables» d'Erdogan contre Macron
Tags:
contre-sanctions, embargo, Union européenne (UE), Occident, Canada, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook