International
URL courte
4021
S'abonner

L’administration américaine avait prévenu ses partenaires, dont Paris, de son projet de renforcer ses sanctions contre la Russie. Les mesures de rétorsion seront appliquées de façon sélective.

Les États-Unis ont informé tous les pays de l’Union européenne ainsi que d’autres partenaires et les milieux d’affaires des nouvelles sanctions antirusses, a annoncé aux journalistes un représentant du Département d’État.

«Nous nous sommes rendus en Europe, à Bruxelles et avons discuté avec tous les pays membres de l’UE», précisant que la délégation de l’administration américaine avait notamment visité Londres, Berlin et Paris et qu’elle avait prêté attention à l’inquiétude que la prise de ces nouvelles mesures suscitait chez ses partenaires. 

Et d’ajouter que d’autres visites étaient prévues dans deux semaines.

Des sanctions sélectives pour le commerce avec la Russie

Washington appliquera d’une manière sélective les sanctions contre les pays tiers et les entreprises en relation d’affaires avec les sociétés inscrites sur la liste des sanctions, a-t-il en outre informé.

«Il est évident qu’on examinera l’inéluctabilité des conséquences lorsque nous étudierons chaque cas concret »,», a expliqué le diplomate.

Et de souligner que les exceptions pourraient concerner les alliés, dont les capacités de défense élevées correspondent aux intérêts des États-Unis. Cela étant dit, le département d’État assure que les sanctions ne seront pas un moyen de concurrencer la Russie sur le marché des armements.

Le Président américain Donald Trump a signé le 2 août la loi introduisant de nouvelles sanctions contre l'Iran, la Russie et la Corée du Nord. Le document prévoyait notamment que l’administration américaine dresse avant novembre la liste des personnes physiques et morales dans le domaine de la défense et des renseignements russes avec lesquelles les transactions pourraient être frappées de sanctions. La liste, révélée le 26 octobre, comprend des organisations comme le Service fédéral de sécurité (FSB) et 33 entreprises, dont l'agence russe en charge des exportations d'armement Rosoboronexport, Hélicoptères de Russie, Tupolev, MiG et Sukhoï.

Lire aussi:

Opération anti-drogue à Avignon: un policier mortellement blessé lors des tirs
Accident de laboratoire à l’origine du Covid-19: et si c’était vrai?
Philippe de Villiers: «Nous sommes dans un Nouveau Monde totalitaire que Big Brother n’aurait pas conçu»
Un conseiller de Véran déplore «l’état catastrophique du pays» et rejoint le RN
Tags:
défense, business, sanctions, Union européenne (UE), Bureau d'études Sukhoi, Rosoboronexport, Donald Trump, Europe, Russie, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook