International
URL courte
0 09
S'abonner

Deux semaines après l'attaque meurtrière qui a frappé la capitale somalienne, deux explosions ont successivement secoué Mogadiscio, faisant selon différentes informations de 7 à 10 morts.

Une seconde déflagration s'est produite ce samedi dans la capitale somalienne Mogadiscio: un véhicule piégé a explosé près de l'ancien bâtiment du parlement, rapporte la presse, se référant à la police.

«Le second véhicule piégé a explosé près de l’ancien bâtiment du parlement où se trouvaient des forces [militaires, ndlr]», a indiqué l’officier de police Nour Mohammed, cité par l’agence Reuters.

​Plus tôt dans la journée de samedi, une puissante explosion avait retenti devant l'hôtel Naso Hablod situé à proximité du palais présidentiel. D'après la police locale, la déflagration résultait de l'explosion d'un véhicule piégé. Selon les médias locaux, les deux attaques ont fait au moins 10 morts et 15 blessés. La police, quant à elle, avance un bilan de 7 victimes, dont des soldats et des civils..

Pour l'instant, aucun groupe terroriste n'a revendiqué cette attaque. Par le passé, le groupe islamiste Al-Shabbaab, affilé à la nébuleuse terroriste Al-Qaïda, a revendiqué des attentats terroristes perpétrés à Mogadiscio.

L'explosion de samedi dans la capitale de la Somalie arrive deux semaines après que plus de 350 personnes ont trouvé la mort dans une attaque effectuée par un camion dans une rue animée de Mogadiscio où se trouvent des établissements publics, des hôtels, des restaurants et des magasins.

Lire aussi:

Venue vider le logement de son père défunt, elle fait une découverte explosive
Le nombre de décès le plus élevé depuis avril et les nouveaux cas en baisse en 24h en France
«Nous sommes libres de décapiter»: des milliers de messages de bots envahissent des sites français
De plus en plus de dirigeants européens se rangent dans le camp de Macron face aux «invectives» d'Erdogan
Tags:
véhicule piégé, explosion, terrorisme, Mogadiscio, Somalie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook