Ecoutez Radio Sputnik
    Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov

    Comment la Russie fait fantasmer l’Occident, selon Lavrov

    © Sputnik . Vladimir Pesnya
    International
    URL courte
    3181
    S'abonner

    Les accusations d’ingérence russe dans la politique américaine ou européenne relèvent du «fantasme», a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, avant de préciser que ni les États-Unis, ni l’Union européenne n’ont fourni la moindre preuve de ces accusations.

    La prétendue ingérence russe dans les affaires des pays étrangers a été l'un des sujets évoqués par le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov lors d'une conférence de presse ce mardi. Le ministre a qualifié de fantasmes les accusations sans fondement de l'UE et des États-Unis:

    «Sans la moindre preuve, comme vous le savez, nous sommes accusés d'ingérence non seulement dans l'élection américaine, mais aussi dans celles des États européens», a déclaré le chef de la diplomatie russe qui s'exprimait devant des membres de l'Association des entreprises européennes en Russie. «Récemment, nous avons été accusé d'avoir décidé quel ministre nommer en Afrique du Sud. En gros, il n'y a pas de limite au fantasme».

    Selon lui, «afin de contrer le danger inventé en la personne de Moscou», l'Occident crée diverses structures antirusses, «comme le groupe de communication stratégique Vostok, qui fera partie du Service européen des affaires étrangères, et le centre d'excellence multinational pour la lutte contre les menaces hybrides à Helsinki», a noté le chef de la diplomatie russe.

    Le ministre russe a en outre souligné que ni les États-Unis, ni l'Union européenne n'avaient fourni la moindre preuve à l'appui des accusations.

    Les autorités russes démentent toute implication dans l'élection américaine remportée l'an dernier par Donald Trump, qui, de son côté, nie toute collusion entre des membres de son équipe de campagne et le Kremlin.

    Tags:
    ingérence, fantasme, Sergueï Lavrov, Occident, Moscou, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik