International
URL courte
6010
S'abonner

L’ancien directeur de campagne de Donald Trump, Paul Manafort, contre lequel 12 chefs d’inculpation ont été retenus, dont celui de complot contre les États-Unis, aurait trois passeports américains avec des numéros différents.

Paul Manafort, ancien directeur de campagne de Donald Trump, aurait trois passeports américains avec des numéros différents, selon les documents de la justice.

«En un peu plus de 10 ans, Manafort a déposé 10 demandes de passeport américain. À l'heure actuelle, il en possède trois avec des numéros différents», signale un document.

Toujours selon les données de l'enquête, en mars, Paul Manafort a enregistré sous un faux nom un téléphone et une adresse électronique.

«Avec ce téléphone, Manafort s'est rendu au Mexique en juin, en Chine le 23 mai et en Équateur le 9 mai», précise le document.

Lundi 30 octobre, Paul Manafort et son associé Rick Gates, également membre de l'équipe de campagne de Donald Trump, ont été inculpés pour 12 charges d'accusation dont certaines sont très graves: conspiration contre les Etats-Unis, blanchiment d'argent, être un agent non déclaré d'un pays étranger, déclaration fausse et trompeuse sur ses biens à l'étranger, fausses déclarations et sept charges de non déclarations de compte dans des banques étrangères.

Lundi toujours, il a été annoncé que Tony Podesta avait quitté la société de lobbying dont il était fondateur. Tout comme Paul Manafort, Tony Podesta a travaillé pour l'ancien président ukrainien Viktor Ianoukovitch. En 2011 et 2012 la société Podesta Group a touché plus de 900.000 dollars pour ce travail.

Lire aussi:

Un couple gagne pour la deuxième fois au loto en 35 ans, voici leur secret
Deux millions de Français contaminés par le Covid-19, affirme une étude britannique
Le préfet de Paris estime que les personnes en réanimation sont celles qui n'ont pas respecté le confinement
Tags:
complot, mise en examen, Tony Podesta, Rick Gates, Donald Trump, Paul Manafort, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook