International
URL courte
7214
S'abonner

Les pirates informatiques qui attaquent souvent la chaîne de télévision RT se trouvent principalement sur le territoire américain, d’après la rédactrice en chef de RT Margarita Simonian.

La plupart des nombreuses attaques informatiques visant la chaîne de télévision RT proviennent des États-Unis, a déclaré mercredi Margarita Simonian, rédactrice en chef de RT.

RT a été la cible de cyberattaques «beaucoup de fois. Ces attaques sont organisées généralement depuis les États-Unis», a indiqué Mme Simonian à la chaîne de télévision russe Zvezda.

Selon la rédactrice en chef de RT, les journalistes occidentaux lui posent souvent des questions sur les attaques présumées de pirates russes contre des organisations américaines.

«Lors des interviews que je donne aux médias américains, ils m’interrogent sur les bots informatiques et les hackers. Je leur dis: "Écoutez, vous pouvez encore me demander pourquoi notre équipe de football perd des matchs. Je ne sais pas. Je ne sais pas si c’est vrai ou non. Enquêtez au niveau des services secrets, moi, je ne réponds que des médias"», a ajouté Mme Simonian.

Le site de RT a plusieurs fois été la cible d’attaques par déni de service (DDoS) dont la plus puissante remonte à février 2013. Les spécialistes n’ont réussi à rétablir le fonctionnement du site RT en anglais que six heures après le début de la cyberattaque. Plus tard, les hackers ont essayé de bloquer les sites de la chaîne en anglais et en espagnol. Ces attaques ont été revendiquées par le groupe AntiLeaks qui se fixe pour objectif de lutter contre le projet WikiLeaks de Julian Assange.


Lire aussi:

Un hélicoptère militaire pris pour cible depuis le sol aux États-Unis
Un garde-pêche de 70 ans roué de coups et blessé à l’œil par des jeunes qui fumaient une chicha
Un incendie frappe une mosquée à Lyon, la piste criminelle privilégiée – vidéo
Tags:
hackers, cyberattaque, chaîne de TV Zvezda, chaîne de télévision russe RT, Margarita Simonian, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook