Ecoutez Radio Sputnik
    Twitter

    «Ingérence russe»: les USA tentent de «cacher des faits gênants avec des accusations»

    © REUTERS/ Brendan McDermid
    International
    URL courte
    3230

    Les témoignages de représentants de Twitter, de Facebook et de Google au Congrès américain ont confirmé l’absence de preuves sur la prétendue ingérence russe aux cours des élections présidentielles aux États-Unis, a déclaré l’ambassade de Russie aux États-Unis.

    L'ambassade de Russie aux États-Unis a commenté les résultats des auditions de représentants de trois géants du Web, Twitter, Facebook et Google, relativement à la prétendue ingérence russe aux élections américaines.

    «Les auditions de représentants de Twitter, de Facebook et de Google au Congrès ont confirmé l'absence de preuves de l'ingérence russe aux élections américaines», rapporte le communiqué officiel diffusé sur Facebook par l'ambassade russe.

    Les diplomates ont par ailleurs souligné que, «comme c'est souvent le cas aux États-Unis», les Américains «tentaient de cacher des faits gênants avec des accusations» à l'encontre de Moscou.

    En particulier, l'ambassade russe a rappelé la déclaration d'un sénateur qui avait traité le gouvernement russe de «fasciste».

    «Ces provocations ouvertes nuisent aux relations russo-américaines, qui sont déjà assez compliquées. Il est temps, même pour ceux qui préfèrent le ton des petits-bourgeois qui ont déclenché la Seconde guerre mondiale, de comprendre que la Russie ne s'immisce pas dans les affaires intérieures des États-Unis», lit-on également.

    La mission diplomatique russe a toutefois exprimé l'espoir que «dans les relations bilatérales l'esprit de partenariat, y compris militaire, allait prédominer».

    «Cela est indispensable actuellement pour contrer la nouvelle menace du terrorisme international. Nous devons trouver le moyen d'unir nos efforts», souligne le communiqué.

    Le 26 octobre, la messagerie Twitter a annoncé qu'elle avait décidé de bloquer toute publicité de l'agence russe Sputnik et de la chaîne RT. Cette décision est en lien avec la coopération de Twitter dans l'enquête sur la prétendue «ingérence russe» dans l'élection présidentielle américaine de 2016.

    Vendredi 27 octobre, RT a fait savoir qu'en 2016, durant la campagne présidentielle américaine, Twitter avait cherché à convaincre cette chaîne russe de publier sur sa plateforme un volume important de publicité, «offre exclusive» qui a été déclinée. La chaîne a donc publié la présentation faite par Twitter à RT et qui portait sur la promotion de contenus liés à l'élection américaine.

    Selon la porte-parole de la diplomatie russe Maria Zakharova, l'absence de preuves tangibles qui pourraient justifier le blocage de la publicité de RT et Sputnik par Twitter fait penser que cette décision aurait été influencée par les services spéciaux américains.

    Lire aussi:

    Google et Facebook: les publicités de la chaîne RT n’ont pas violé les règles
    Une éventuelle raison du blocage de la publicité de RT et de Sputnik sur Twitter
    Aucune preuve de «manipulations» de YouTube par RT, selon Google
    Tags:
    accusations, ingérence, élection présidentielle, élections, médias, Twitter, Inc, Facebook, Inc, Google, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik