Ecoutez Radio Sputnik
    Khan Cheikhoun

    La munition explosée à Khan Cheikhoun pourrait être faite d’un «tuyau d’eau»

    © REUTERS / Ammar Abdullah
    International
    URL courte
    Attaque chimique de Khan Cheikhoun (avril 2017) (97)
    2170

    La munition «chimique» montrée sur les photos du dernier rapport de la mission conjointe de l’ OIAC et de l’Onu concernant l’enquête sur l’utilisation d’armes chimiques à Khan Cheikhoun, est de fabrication artisanale et pourrait être faite à partir d’un tuyau, selon le ministère russe de la Défense.

    En commentant le récent rapport de la mission conjointe de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques et de l'Onu par rapport à l'enquête sur l'utilisation d'armes chimiques à Khan Cheikhoun, en Syrie, le ministère russe de la Défense a attiré son attention sur l'objet montré sur les photos en tant que «munition» censée contenir du sarin.

    «Toutes les bombes sont fabriqués en acier fortement allié, qui, lors de l'explosion de l'explosif dans le boîtier se divise en petits fragments de débris… sur cette photo on nous montre en tant que les fragments de débris une bizarre feuille en métal avec des froissements et des fissures caractéristiques ce qui indique que le métal est assez plastique. Un tel métal est utilisé pour la production de tuyau d'eau», explique le ministère russe de la Défense.

    Outre cela, le ministère russe de la Défense estime que la dispersion des fragments sur le site indique qu'au moment de l'explosion, la munition était immobile.

    Récemment, Moscou a mis son veto à un projet de résolution américain prorogeant le mandat de la mission d'enquête Onu-OIAC sur les attaques chimiques en Syrie. La Russie a également annoncé qu'elle prendrait une décision concernant le mandat après la publication des résultats de l'enquête sur l'attaque du 4 avril dernier à Khan Cheikhoun.

    L'opposition syrienne a annoncé, le 4 avril, qu'une attaque aux armes chimiques avait fait 80 morts et 200 blessés à Khan Cheikhoun, dans la province d'Idlib, accusant les troupes gouvernementales syriennes d'être à l'origine de la dispersion chimique. Le commandement syrien a rejeté la responsabilité de l'incident sur les djihadistes et leurs alliés. Les autorités du pays ont rappelé qu'elles n'avaient jamais utilisé d'armes chimiques contre les civils et les terroristes et que l'arsenal chimique syrien avait été retiré du pays sous le contrôle de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC).

    Dossier:
    Attaque chimique de Khan Cheikhoun (avril 2017) (97)

    Lire aussi:

    Armes chimiques en Syrie: Moscou envoie à l’Onu son premier avis sur le rapport de l’OIAC
    Moscou dévoile qui profiterait de l’utilisation des armes chimiques en Syrie
    La Russie bloque un projet de résolution sur l'enquête des attaques chimiques en Syrie
    Tags:
    armes chimiques, munitions, explosifs, Russie, Syrie, Khan Cheikhoun
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik