Ecoutez Radio Sputnik
    Un défilé militaire à Pyongyang

    Les officiers nord-coréens «n'hésiteront pas» à frapper Séoul

    © Sputnik . Iliya Pitalev
    International
    URL courte
    23454

    Un ancien diplomate nord-coréen a mis en garde contre l'énorme sacrifice humain en cas de conflit entre Pyongyang, d'un côté, et Séoul et Washington, de l'autre.

    Les militaires nord-coréens n'hésiteront pas à frapper la Corée du Sud si Washington lance une attaque contre Pyongyang, selon l'ancien diplomate nord-coréen Thae Yong-ho qui avait fui le pays communiste en 2016.

    «Les officiers nord-coréens sont entraînés à appuyer sur le bouton sans autre instruction de la part du commandement si quelque chose se produit», a déclaré M.Thae, intervenant devant la commission des affaires étrangères du Congrès américain.

    «S'il y a un quelconque signe d'un tir ou d'une frappe américaine, les unités d'artillerie et de missiles à courte portée tireront sur le territoire sud-coréen», a affirmé le transfuge.

    Des milliers de missiles à courte portée déployés sur la ligne de démarcation entre les deux pays sont prêts à décoller «à tout moment», d'après l'ancien diplomate. Les dizaines de millions de Sud-Coréens vivant dans un rayon de 70 km à 80 km de cette zone pourraient ainsi se voir sacrifiés, constate M.Thae.

    «Je suis persuadé qu'en cas d'attaque préventive ou de frappe chirurgicale, cela ne fait aucun doute que la guerre sera gagnée par les États-Unis et la Corée du Sud, mais nous devons prendre en considération les pertes humaines consécutives à cette option militaire», insiste-t-il.

    Lire aussi:

    Un officier nord-coréen s’enfuit vers le Sud sur un petit bateau
    Séoul est-il prêt à une éventuelle attaque américaine sur la Corée du Nord?
    Séoul élabore un plan d'attaque contre la Corée du Nord sans l'aide des USA
    Tags:
    victimes, attaque, nucléaire coréen, conflit, frappes, Congrès des États-Unis, Thae Yong-ho, Péninsule de Corée
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik