Ecoutez Radio Sputnik
    Erbil, la capitale du Kurdistan irakien

    Le Kurdistan irakien d’après-Barzani «s’affaiblira», mais lancera des réformes

    CC BY 2.0 / Sammy Six
    International
    URL courte
    115

    La démission annoncée par le premier Président élu du Kurdistan irakien Massoud Barzani affaiblira cette région autonome, mais encouragera des changements politiques importants, d’après Abbas Vali, analyste politique kurde, interrogé par Sputnik.

    Le départ du Président du Kurdistan irakien Massoud Barzani permettra de créer un modèle politique moderne dans cette région et de se doter d’une véritable armée nationale, a déclaré à Sputnik Abbas Vali, sociologue et analyste politique kurde et expert du Proche-Orient.

    «La démission de M.Barzani est un événement très important, elle ouvre la voie à la création d’une nouvelle structure de pouvoir politique au Kurdistan. Cela entraînera des changements notables, la région kurde diminuera et s’affaiblira», a indiqué M.Vali.

    Dimanche, Massoud Barzani, dont le mandat devait expirer le 1er novembre, a déclaré qu’il ne voulait pas rester Président du Gouvernement régional du Kurdistan (GRK) irakien après la crise déclenchée par le référendum d'indépendance du 25 septembre. Prolongé de deux ans en 2013 par le parlement, le mandat de M.Barzani s’était poursuivi sans élection ni décision formelle face au chaos engendré par l'offensive du groupe terroriste Daech en Irak.

    Selon M.Vali, le Kurdistan irakien, qui traverse «une crise profonde», devra créer un «nouveau modèle politique qui ne reposera plus sur les principes du pouvoir tribal», mais répondra aux intérêts de toutes les forces de la société.

    De plus, la région autonome devra transformer les forces des Peshmergas en une véritable armée nationale, indique M.Vali. L’expert explique l’échec de M.Barzani en tant que Président du Kurdistan entre autres par l’absence d’une armée moderne au Kurdistan.

    «Les forces des Peshmergas sont une structure très importante à condition qu’elles représentent une force unique […]. Le Kurdistan a besoin d’une direction politique unique et d’une force militaire», a conclu M.Vali.

    Après le référendum d’indépendance du 25 septembre, les autorités irakiennes ont lancé une offensive afin de récupérer les territoires occupés par les Peshmergas en dehors du Kurdistan et notamment la ville pétrolière de Kirkouk, reprise le 16 octobre. Certains adversaires de M.Barzani estiment que le référendum a obscurci l'avenir des Kurdes en Irak

    Lire aussi:

    Le président du Kurdistan irakien accuse les USA de chercher à «punir» la région
    Le Kurdistan irakien prêt à «geler les résultats» du référendum d’indépendance
    Y a-t-il des perspectives de poursuite de la coopération entre les Kurdes et les USA?
    Tags:
    pouvoir tribal, peshmergas, réformes, Gouvernement régional du Kurdistan (GRK) irakien, Massoud Barzani, Abbas Vali, Irak, Kurdistan irakien
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik