International
URL courte
8710
S'abonner

Le juge de la Cour nationale de justice Espagnole a décidé de placer en détention, en attendant l'examen de l'affaire sur le fond, huit anciens membres du gouvernement catalan, y compris l'ancien gouverneur adjoint de la région autonome d'Oriol Junkers, rapporte El Pais.

Seul l'ancien conseiller du gouvernement de la Catalogne pour l'esprit d'entreprise, Santi Vila, qui a démissionné du Parlement catalan à la veille de la déclaration d'indépendance, pourra rester en liberté à condition de verser une caution de 50 milles euros.

Quelques jours avant, le bureau du procureur de la même Cour a demandé au tribunal d'émettre un mandat d'arrêt international contre l'ancien chef du gouvernement de Catalogne, Carles Puigdemont, et les quatre autres membres du gouvernement dissous, actuellement à Bruxelles.

En outre, le parquet a demandé au tribunal dans le cadre d'une mesure préventive de précaution, de mettre en état d'arrestation les membres du gouvernement catalan dont le témoignage devant le tribunal est nécessaire, à l'exception de Santi Vila.

Cependant, le parquet a porté plainte pour organisation d'une insurrection et détournement de fonds publics contre les anciens membres du ministère de l'Education du Présidium du Parlement. Le bureau du procureur, dans son procès-verbal, a demandé au tribunal d'arrêter ces suspects contre qui il a requis une peine maximale de 30 ans d'emprisonnement. 

Lire aussi:

La France constate une forte baisse du nombre de nouveaux cas quotidiens de Covid-19
Troisième dose de vaccin: «Cela fait partie du plan de développement économique et actionnarial des labos»
En Seine-Saint-Denis, ces deux prénoms sont les plus donnés aux bébés depuis 2018
La politique vaccinale en France «fait assez sourire en Belgique», selon un épidémiologiste
Tags:
Catalogne, Espagne, Carles Puigdemont, Santi Vila, Union européenne (UE)
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook