International
URL courte
Attaque chimique de Khan Cheikhoun (avril 2017) (97)
2171
S'abonner

Moscou soumet au Conseil de sécurité de l’Onu un projet de résolution pour renouveler la mission d'enquête internationale sur les armes chimiques en Syrie. Celui-ci entre toutefois en conflit avec un projet de résolution des États-Unis, qui accusent Damas d’avoir utilisé du sarin à Khan Cheikhoun.

La Russie a diffusé jeudi auprès des membres du Conseil de sécurité de l'Onu un projet de résolution autorisant les enquêteurs internationaux à poursuivre leur travail en Syrie pendant six mois, a indiqué à Sputnik une source diplomatique au sein de l'Onu.

La Russie, selon la source, a proposé aux experts de la mission dite JIM (Joint Investigative Mechanism ou Mécanisme conjoint d'enquête Onu-OIAC) d'envoyer une équipe d'enquêteurs dès que possible à Khan Cheikhoun et de renvoyer immédiatement une nouvelle équipe sur la base de Chayrat pour y prélever des échantillons environnementaux, afin de vérifier l'information selon laquelle le sarin utilisé à Khan Cheikhoun le 4 avril 2017 avait été conservé sur la base aérienne.

À l'opposé de cette approche, les États-Unis ont rédigé leur propre projet de résolution, transmis également aux membres du Conseil de sécurité, qui prévoit un renouvellement pour deux ans du mandat du JIM. Selon le texte, aucune des parties en conflit en Syrie ne doit utiliser, développer, fabriquer ou acquérir d'armes chimiques.

Le mandat du Mécanisme conjoint d'enquête Onu-OIAC expire le 17 novembre. Le 24 octobre, les États-Unis ont déjà soumis au vote un projet de résolution sur la prorogation du mandat de la mission, mais celui-ci a été bloqué par la Russie dans l'attente du rapport d'enquête du JIM sur les incidents à Khan Cheikhoun et à Um Hosh.

Le Mécanisme conjoint d'enquête Onu-OIAC avait précédemment présenté au Conseil de Sécurité des Nations unies un rapport sur les attaques chimiques à Khan Cheikhoun, le 4 avril 2017, et à Um Hosh, les 15 et 16 septembre 2016. Selon les experts, les Forces gouvernementales auraient utilisé à Khan Cheikhoun du gaz sarin, tandis que lors de l'attaque à Um Hosh les terroristes de Daech ont employé du gaz moutarde.

Il serait indispensable, dans l'intérêt de l'enquête, que le Mécanisme d'enquête conjoint OIAC-Onu soit libéré du «diktat des États-Unis», car les collègues américains «démontrent un mépris total des règles élémentaires du travail dans ce domaine sensible», et que soient déterminés les coupables des attaques chimiques en Syrie, a déclaré jeudi le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Riabkov.

Dossier:
Attaque chimique de Khan Cheikhoun (avril 2017) (97)

Lire aussi:

Un «nouveau variant» du drapeau tricolore? Une bourde commise pendant les annonces de Castex ne passe pas inaperçue
Les États-Unis procèdent à des frappes en Syrie
Frappes américaines en Syrie: Moscou réagit
Un commissariat du Val-d’Oise attaqué durant une demi-heure par une trentaine d’individus
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook