International
URL courte
14131
S'abonner

Donald Trump aurait demandé à son homologue français d’organiser un entretien téléphonique direct avec le Président iranien Hassan Rohani, mais ce dernier aurait refusé.

Le Washington Post communique, se référant à une source au sein de l'administration américaine, que des tentatives d'organiser un dialogue au sommet entre Donald Trump et Hassan Rohani ont été entreprises le 19 septembre, le jour où les Présidents américain, iranien et français se trouvaient à New York à la session de l'Assemblée générale de l'Onu.

La demande de médiation du Président Macron a été adressée par le secrétaire d'État américain Rex Tillerson. Les représentants iraniens ont répondu le jour même à la délégation française qu'ils ne croyaient pas au sérieux de la proposition et soupçonnaient une tromperie.

Le média écrit que Donald Trump a évoqué le sujet avec Emmanuel Macron avant la démarche de Rex Tillerson.

«Vous, les gars, vous avez de bonnes relations. Pouvez-vous les utiliser et vous renseigner si Téhéran voudrait discuter?», aurait dit Trump à Macron qui a accepté volontiers le rôle de médiateur.

En octobre, s'adressant aux Américains, Donald Trump a refusé de confirmer officiellement au Congrès que l'Iran respectait l'accord sur le programme nucléaire. Cependant, au niveau international, il n'a pas contesté l'attachement de Téhéran à l'accord.

Une semaine avant la démarche américaine, Emmanuel Macron a souligné dans un entretien téléphonique avec Hassan Rohani que la décision américaine sur l'accord nucléaire avec l'Iran ne signifierait pas sa fin et que la France, de concert avec les autres participants à l'accord et des partenaires européens, continuerait à le respecter.

Lire aussi:

Plus de 1.500 militaires français se déploient dans les Alpes pour faire face à «l’affrontement majeur»
Le président de l’UFC accuse McGregor d’avoir fait «l’une des choses les plus sales», l’Irlandais rétorque
Un homme condamné après avoir refusé de serrer la main d’une préfète
Erevan promet d’employer des Iskander si Ankara recourt à des F-16 dans le Haut-Karabagh
Tags:
entretien, 72e session de l'Assemblée générale de l'Onu, Rex Tillerson, Emmanuel Macron, Hassan Rohani, Donald Trump
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook