International
URL courte
236
S'abonner

Le système mondial de contrôle des armes nucléaire traverse une période de crise profonde et risque de s’effondrer, estiment des spécialistes russes de la non-prolifération et du contrôle des armements.

Créé après la Seconde Guerre mondiale, le régime de non-prolifération nucléaire fait face à de nombreux problèmes et perd en efficacité, ont déclaré trois experts russes lors d'une présentation de l'ouvrage «Le monde polycentrique nucléaire: défis et potentiels».

Le Plan global d'action conjoint sur l'Iran sur le point de s'effondrer

Vladimir Poutine et Ali Khamenei
© Photo / Service de presse du Président russe
Selon Alexeï Arbatov, directeur du Centre pour la sécurité internationale de l'Institut russe de l'économie et des relations internationales, les actions de la nouvelle administration américaine visant notamment à rejeter le Plan global d'action conjoint sur le programme nucléaire iranien (JCPOA) confirment que le système actuel de contrôle des armes nucléaires est en crise.

«Si les États-Unis se retirent de cet accord provoquant son abrogation, ils porteront un préjudice irréparable à l'ensemble du système de la non-prolifération des armes nucléaires», a indiqué M.Arbatov.

L'absence de dialogue entre la Russie et la nouvelle administration américaine sur la réduction des armes nucléaires «un an après l'arrivée est un autre facteur négatif, d'après M.Arbatov.

Le Président américain Donald Trump a récemment annoncé que la Maison-Blanche et le Congrès examineraient les «inconvénients» de l'accord conclu avec l'Iran le 14 juillet 2015. M.Trump a refusé de confirmer au Congrès que l'Iran respectait l'accord sur son programme nucléaire avant de menacer de s'en retirer.

Danger d'essais nucléaires en Asie

L'éventuel retrait américain du JCPOA et l'effondrement du système de contrôle russo-américain des armements nucléaires ouvrent la voie à l'organisation de tests nucléaires par les pays d'Asie du Sud, estime pour sa part Petr Topytchkanov, chercheur du programme «Problèmes de la non-prolifération» au Centre Carnegie de Moscou.

«Ils se rendront compte du fait qu'il n'y aura plus de pressions», a-t-il indiqué.

Il a rappelé que l'Inde et le Pakistan n'étaient pas très enclins à se soumettre au régime de la non-prolifération, tout en restant de grandes puissances nucléaires.

«Cette dualité présente un danger pour la sécurité et la stabilité stratégique en Asie du Sud. Elle constitue aussi un risque pour la sécurité internationale et le régime global de la non-prolifération», a ajouté M.Topytchkanov.

Selon lui, le monde polycentrique nucléaire est déjà une réalité, alors qu'il n'est pas certain qu'on arrive à garantir un ordre nucléaire polycentrique.

La Corée du Nord a annoncé le 3 septembre avoir réussi l'essai d'une bombe à hydrogène destinée à équiper les missiles balistiques intercontinentaux. C'était le sixième test nucléaire de Pyongyang. Une semaine plus tôt, un missile balistique tiré à titre d'essai par la Corée du Nord avait survolé le territoire japonais.

Selon les hommes politiques occidentaux, les missiles intercontinentaux nord-coréens pourraient bientôt atteindre le territoire américain.

Manque de confiance global

«Le système [de contrôle des armements nucléaires, ndlr] continuera de s'effriter et deviendra de moins en moins efficace, s'il n'y a pas de progrès sur les autres volets, et notamment si Moscou et Washington ne parviennent pas à de nouvelles ententes au sommet», a déclaré Sergueï Oznobichtchev, responsable du département d'analyse politique et militaire au du Centre pour la sécurité internationale de l'Institut russe de l'économie et des relations internationales.

D'après le chercheur, les contacts actuels entre la Russie et les États-Unis ne correspondent pas «à la portée des problèmes à régler».

Lire aussi:

Erdogan appelle les Turcs à boycotter les produits français et assure que Macron doit aller chez le psychiatre
Un contrôle du couvre-feu tourne mal dans la Loire
«Rien ne nous fera reculer, jamais»: Macron fait montre de fermeté suite aux appels au boycott et aux propos d’Erdogan
Sans la France, la Russie rend hommage à 155 soldats de Napoléon III en Crimée
Tags:
Plan global d'action conjoint (JCPOA), non-prolifération des armes nucléaires, tests nucléaires, armes nucléaires, centre Carnegie de Moscou, Alexeï Arbatov, Petr Topytchkanov, Sergueï Oznobichtchev, Donald Trump, Asie du Sud, Pakistan, Corée du Nord, Iran, Inde, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook