International
URL courte
19520
S'abonner

Le ministre britannique de la Défense aurait été obligé de présenter sa démission suite à «un coup préventif» que lui avait porté la présidente de la Chambre des communes, selon les médias britanniques.

Michael Fallon aurait été obligé de quitter son poste de ministre britannique de la Défense suite aux intrigues au sein du gouvernement, le harcèlement sexuel n'étant qu'un prétexte, annonce le quotidien Telegraph.

Selon le journal, c'est la présidente de la Chambre des communes Andrea Leadsom qui serait à l'origine du scandale. Ayant appris que Michael Fallon avait l'intention d'obtenir sa démission pour sauver le Brexit, elle aurait porté «un coup préventif», se plaignant auprès de la Première ministre britannique Theresa May d'avoir été victime de harcèlement sexuel. Selon elle, lorsqu'elle s'est plainte d'avoir les mains froides, Michael Fallon aurait répondu: «Je connais un endroit chaud où les mettre.»

«Il s'agissait d'une réaction d'autodéfense de sa part, elle a réussi à détruire complètement Fallon. Elle l'a frappé dans le dos», écrit le journal se référant à un membre du gouvernement qui a requis l'anonymat.

Toutefois, Michael Fallon dément complètement les accusations d'Andrea Leadsom, selon le journal.

Soumise à une pression grandissante, Theresa May a présenté vendredi, en tant que chef des conservateurs, un «nouveau code de conduite» applicable aux membres de son parti, parlementaires inclus. Il prévoit également une ligne téléphonique «confidentielle» et une adresse courriel pour la réception des plaintes.

Lire aussi:

Un épidémiologiste croit savoir les causes de la mortalité plutôt faible du Covid-19 en Allemagne
Cet aliment contribuerait au vieillissement des artères et à l’apparition de maladies cardiaques
Christine Lagarde précise comment la crise va «changer profondément» les économies
«Homme blanc de droite», «gros cumulard»: une élue LFI n’apprécie pas la nomination de Castex et le fait savoir
Tags:
démission, ministère britannique de la Défense, Theresa May, Michael Fallon
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook