International
URL courte
10111
S'abonner

Après que le Premier ministre libanais Saad Hariri a quitté son poste de crainte d’être assassiné, l’armée a affirmé qu’elle ne disposait pas d’informations concernant des projets d’attaques dans le pays.

Au lendemain de la démission surprise de Saad Hariri, le commandement de l'armée libanaise a annoncé ne pas avoir trouvé de preuves confirmant les soupçons d'attentat qui serait en cours de préparation dans le pays.

Sans citer directement le nom du Premier ministre, l'armée indique dans une déclaration publiée sur son site que les interpellations et les enquêtes régulièrement menées ainsi que les informations qu'elle possède n'ont permis de révéler aucun projet d'attentat actuellement en cours de préparation au Liban.

Annoncée le 4 novembre, la démission de M.Hariri a fait immédiatement craindre que le Liban, pays profondément divisé entre un camp emmené par M. Hariri et un autre dirigé par le Hezbollah, ne plonge dans de nouvelles violences.

Saad Hariri, qui avait déjà occupé le poste de Premier ministre libanais entre 2009 et 2011, est le fils de l'ancien Premier ministre Rafiq Hariri, tué par une violente explosion ayant secoué le centre de Beyrouth le 14 février 2005.

Lire aussi:

Restrictions à Marseille: Didier Raoult conteste la gravité de la situation
En continu: attaque à l'arme blanche près des anciens locaux de Charlie Hebdo, des blessés
Premières images depuis les lieux de l'attaque près des ex-locaux de Charlie Hebdo
«Ce qui se passe est un scandale»: des restaurateurs marseillais se révoltent face aux nouvelles restrictions
Tags:
attentat, démission, Saad Hariri, Liban
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook