Ecoutez Radio Sputnik
    Téhéran

    Tir de missile houthi: Téhéran rejette les «allégations provocatrices» de Riyad

    © Fotolia / Borna_Mir
    International
    URL courte
    6131

    «Acte d’agression» et «allégations irresponsables et provocatrices», Riyad et Téhéran ont échangé des invectives, suite au tir d’un missile balistique, depuis le sol yéménite en direction de la capitale saoudienne, tir dont la responsabilité de la monarchie du Golfe a été rejeté sur l’Iran.

    Téhéran n’a pas tardé à réagir aux allégations de la coalition arabe qui avait plus tôt accusé la République islamique d’être impliquée dans le tir de missile, depuis le Yémen en direction de Riyad et de transfert d’armes aux rebelles houthis.

    Le porte-parole de la diplomatie iranienne Bahram Ghassemi a qualifié les accusations «d'injustes, irresponsables, destructrices et provocatrices», apprend-t-on par un communiqué du ministère des Affaires étrangères.

    Comme l’avait plus tôt rapporté l’agence de presse saoudienne SPA, Riyad avait qualifié le tir de missile balistique houthi d’«acte d’agression de la part de l’Iran». Du point de vue des experts saoudiens, ayant examiné les débris du projectile, Téhéran serait «lié» à sa fabrication et à la «contrebande» aux rebelles houthis du Yémen, a indiqué l’agence.

    La direction des forces de la coalition a alors précisé dans son communiqué qu’elle considérait ce tir comme une agression militaire flagrante par le régime iranien qui pourrait équivaloir à un acte de guerre, pointant que le royaume saoudien se réservait le droit de riposter à Téhéran au moment approprié et de manière appropriée.

    Samedi, l’Arabie saoudite avait intercepté au nord-est de la capitale un missile balistique tiré depuis le territoire yéménite. Selon les médias, l’engin avait été lancé par des rebelles houthis. Dimanche, le Président américain Donald Trump a déclaré que, selon lui, il s’agissait d’une attaque contre le royaume saoudite ourdie par l’Iran. Le Corps des Gardiens de la révolution islamique a alors qualifié ses propos d'encore une allégation infondée de Donald Trump.

    La guerre au Yémen oppose depuis 2014 les rebelles chiites houthis, alliés aux partisans de l'ancien président Ali Abdallah Saleh, aux forces loyales au président Abd Rabbo Mansour Hadi, reconnu par la communauté internationale.

    Le conflit s'est intensifié depuis l'intervention en mars 2015 d'une coalition arabe menée par l'Arabie saoudite, puissance régionale sunnite, soutenant le président Hadi. L'Arabie accuse les rebelles yéménites d'être soutenus par l'Iran, son grand rival chiite.

    Lire aussi:

    76 missiles houthis tirés sur l’Arabie saoudite depuis le début du conflit au Yémen
    Téhéran répond à Trump et dément toute responsabilité dans le tir du missile sur Riyad
    Moscou met en garde contre une aggravation du conflit yéménite suite au tir de missile
    Tags:
    missiles balistiques, accusations, Houthis, coalition arabe, Yémen, Arabie Saoudite, Iran
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik