Ecoutez Radio Sputnik
    Saad Hariri

    L’«enfant prodigue» Hariri de retour à Riyad après une visite à Abou Dhabi

    © AFP 2019 ANWAR AMRO
    International
    URL courte
    4016
    S'abonner

    Alors que le Président libanais a annoncé qu’il n’accepterait la démission du Premier ministre libanais Saad Hariri qu’après son retour au pays et après s’être expliqué sur les motifs de sa décision, ce dernier semble ne pas être pressé de rentrer. Après une visite aux EAU, Hariri, qui a annoncé sa démission samedi, est retourné à Riyad.

    Le Premier ministre libanais, Saad Hariri, qui a annoncé sa démission samedi, est en route pour Riyad après une brève visite aux Émirats arabes unis, indique dans un communiqué le service de presse du chef du gouvernement.

    Aux Émirats, à Abou Dhabi, M. Hariri s'est entretenu avec Mohammed bin Zayed Al-Nahyane, Prince héritier d’Abou Dhabi et Commandant suprême adjoint des Forces armées des Émirats arabes unis pour évoquer «la situation et les derniers développements au Liban», apprend-t-on sur la page officielle du Cheikh Al-Nahyane sur Twitter.

    ​Cependant, d’autres médias arabes rapportent que Saad Hariri se dirige actuellement vers le Bahreïn.

    Saad Hariri, qui avait déjà occupé le poste de chef du gouvernement libanais entre 2009 et 2011, a annoncé samedi depuis l’Arabie saoudite sa démission. Issu de la communauté sunnite, Hariri a invoqué des menaces sur sa vie et les agissements de l'Iran à travers son allié, le mouvement chiite libanais le Hezbollah.

    Cette annonce surprise a alimenté les spéculations sur le fait qu'elle aurait été imposée par l'Arabie saoudite, ce que cette dernière a démenti.

    Le Président libanais, Michel Aoun, a ensuite déclaré qu’il n'accepterait pas la démission de Hariri tant qu'il ne sera pas revenu en expliquer les raisons.

    Tags:
    Mohammed ben Zayed Al Nahyane, Arabie Saoudite, démission, Hezbollah, Saad Hariri, Michel Aoun, Abou Dhabi, Bahreïn, Émirats Arabes Unis, Liban, Iran
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik